Le lieutenant-général Wayne Eyre commande maintenant l’armée de terre

OTTAWA — L’armée de terre a un nouveau commandant, alors que l’état-major des Forces tente de tourner la page sur une série de remaniements provoqués par la poursuite — suspendue — contre le vice-amiral Mark Norman.

Les canons ont résonné et les soldats ont défilé sur la colline du Parlement, mardi, alors que le lieutenant-général Wayne Eyre prenait officiellement les rênes de l’armée de terre. La cérémonie était présidée par le chef d’état-major de la défense, le général Jonathan Vance.

Il y a à peine deux mois, M. Eyre avait été nommé à la tête du Commandement du personnel militaire, un poste qui revêt une importance accrue alors que les Forces cherchent à améliorer les conditions de vie du personnel militaire, tout en luttant notamment contre le racisme et le harcèlement sexuel.

M. Eyre succède à la tête de l’armée de terre au lieutenant-général Jean-Marc Lanthier, qui a quant à lui été nommé vice-chef d’état-major de la Défense le mois dernier, à la suite du départ surprise du lieutenant-général Paul Wynnyk.

M. Wynnyk avait lié sa décision de quitter les Forces à une tentative avortée de rétablir Mark Norman à ce poste de commandant en second des armées. M. Norman avait perdu son poste lorsqu’il a été accusé d’abus de confiance, mais cette accusation a plus tard été suspendue par la Couronne. Le vice-amiral a finalement conclu un règlement à l’amiable avec le gouvernement et annoncé sa retraite, mais M. Wynnyk n’a pas aimé que l’état-major ait voulu redonner son poste à M. Norman.

Une autre cérémonie de passation de commandement aura lieu jeudi pour le vice-amiral Haydn Edmundson, qui dirigera le Commandement du personnel militaire en remplacement de M. Eyre. L’état-major espérera certainement ensuite un retour à la normale après plusieurs années d’instabilité au sommet des trois armes.