Le lithium, une vraie «mine d’or» pour le Québec, selon François Legault

SHERBROOKE, Qc — Le lithium est «un bijou» encore non exploité pour le Québec, selon le premier ministre François Legault.

Dans un discours devant les jeunes caquistes réunis dimanche en congrès à Sherbrooke, M. Legault a rêvé d’un Québec qui exporterait ses batteries de lithium partout dans le monde et qui serait un chef de file en matière de transports au XXIe siècle.

Il a souligné que le Québec compte le troisième plus gros gisement de lithium au monde, un métal essentiel à la fabrication de batteries pour les véhicules électriques.

Avec d’autres «métaux stratégiques» qu’on retrouve aussi sur le territoire québécois, il serait possible de construire des «batteries 100 pour cent québécoises», a-t-il évoqué.

«On a le potentiel de prendre notre place dans cet énorme marché», a dit M. Legault.

Il mise également sur le secteur de l’intelligence artificielle en pleine expansion à Montréal pour que le Québec puisse aussi se distinguer dans le domaine des véhicules autonomes.

Avec les ressources hydro-électriques abondantes, le premier ministre espère ainsi pouvoir réduire les importations d’hydrocarbures du Québec, qui s’élèvent à 10 milliards $ par an.

«Donc d’ici 2050, on pourrait pomper notre électricité dans nos batteries et se déplacer grâce à notre expertise», a-t-il conclu, en évoquant le thème du congrès des jeunes caquistes, «Horizons 2050».

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

2 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Toutes ses paroles semblent positives et dans la bonne direction pour sortir de notre dépendance énergétique au pétrole, mais ce sont les actions qui inquiètent?

On dirait plutôt que la CAQ est en train de nous patenter un Énergie Est en pièces détachées avec des projets sans-génie comme le gazoduc du Saguenay, l’oléoduc de Montrèal-est pour alimenter les aéroports de Toronto, Ottawa et peut-être même Montréal, c’est presqu’un Énergie-est à l’envers.

Comment peut-on subventionner une énergie excessivement polluante comme le gaz naturel (de fracturation) qui vient de l’extérieur avec le fond vert, on marche sur la tête.
Toute subvention dans le fossile est une subvention pour notre propre destruction.

Parlez-nous plutôt du transport collectif électrique au 4 coins de la province, chaque poteau électrique est une borne de recharge rapide possible et le réseau existe déjà et chaque domicile est une borne de recharge pour le VE et plus on se branche plus ça profite à notre économie au lieu d’empirer notre dépendance à l’énergie des autres à coup de $10 milliards par années.
Notre indépendance énergétique passe par les batteries, il faut accumuler notre énergie propre à tous les niveaux individuel et collectif.

Combien de temps le QC pourrait-il durer s’il y avait coupure d’approvisionnement de pétrole?
(En Australie 21 jours)

Toutes ses paroles semblent positives et dans la bonne direction pour sortir de notre dépendance énergétique au pétrole, mais ce sont les actions qui inquiètent?

On dirait plutôt que la CAQ est en train de nous patenter un Énergie Est en pièces détachées avec des projets sans-génie comme le gazoduc du Saguenay, l’oléoduc de Montrèal-est pour alimenter les aéroports de Toronto, Ottawa et peut-être même Montréal, c’est presqu’un Énergie-est à l’envers.

Comment peut-on subventionner une énergie excessivement polluante comme le gaz naturel (de fracturation) qui vient de l’extérieur avec le fond vert, on marche sur la tête.
Toute subvention dans le fossile est une subvention pour notre propre destruction.

Parlez-nous plutôt du transport collectif électrique au 4 coins de la province, chaque poteau électrique est une borne de recharge rapide possible et le réseau existe déjà et chaque domicile est une borne de recharge pour le VE et plus on se branche plus ça profite à notre économie au lieu d’empirer notre dépendance à l’énergie des autres à coup de $10 milliards par années.
Notre indépendance énergétique passe par les batteries, il faut accumuler notre énergie propre à tous les niveaux individuel et collectif, rappelons-nous du 13 mars 1989 Québec dans le noir, oui même notre électricité propre peut tomber en panne
http://archives.radio-canada.ca/environnement/catastrophes_naturelles/clips/14150/

Combien de temps le QC pourrait-il durer s’il y avait coupure d’approvisionnement de pétrole? (En Australie 21 jours)