Le Maine interdit les «thérapies de conversion» pour les jeunes homosexuels

AUGUSTA, Maine — L’État américain du Maine a interdit mercredi les prétendues thérapies de conversion pour les homosexuels d’âge mineur, comme l’ont déjà fait plus d’une quinzaine d’autres États qui ont banni cette pratique controversée.

La gouverneure démocrate Janet Mills a signé le projet de loi mercredi, et il entrera en vigueur 90 jours après l’ajournement de la législature le mois prochain.

Les «thérapies de conversion» visent à «changer» l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne. En vertu de la nouvelle loi, tous les professionnels de la santé, notamment les psychologues et les travailleurs sociaux, qui offrent ou administrent une telle «thérapie» à un enfant pourraient être sanctionnés par les organismes de réglementation.

Le Maine rejoint ainsi 16 autres États et le district fédéral de Columbia qui ont interdit cette pratique. Les opposants à cette «thérapie» la jugent nuisible et rappellent que l’Association américaine de psychologie la proscrit.

«La thérapie de conversion est une pratique préjudiciable et largement discréditée qui n’a pas sa place dans le Maine», a déclaré Mme Mills. «En signant ce projet de loi aujourd’hui, nous envoyons un message sans équivoque aux jeunes personnes LGBTQ du Maine et du pays: nous sommes à vos côtés, nous vous soutenons et nous défendrons toujours votre droit d’être qui vous êtes.»

L’ancien gouverneur républicain du Maine avait bloqué un projet de loi similaire l’année dernière, mais le dossier est revenu à l’avant-scène cette année sous une législature dirigée par les démocrates. Les républicains ont soutenu que le projet de loi était inutile, tout en affirmant qu’il empêcherait les parents de faire appel à des conseillers religieux pour leurs enfants.