Le maire de Mazatlán rassure les Canadiens et les autres visiteurs après la violence

MAZATLÁN, Mexique — Le maire d’une ville mexicaine prise dans une vague de violence par un cartel de la drogue la semaine dernière n’a pas perdu de temps à rassurer les Canadiens et les autres visiteurs étrangers sur le fait que sa ville est sûre pour les voyageurs.

Edgar Gonzalez s’est promené vendredi dans le centre historique de sa ville, serrant des mains et posant pour des photos avec des touristes, peut-on voir dans une vidéo mise en ligne par la ville de Mazatlán. 

«Ces mêmes touristes qui sont pratiquement établis à Mazatlán sont très confiants, très calmes, on les voit détendus dans le centre historique, calmes, pas de problèmes, pas inquiets, ils sont dans les restaurants, dans les rues, dans les galeries, sur la promenade, partout complètement détendus, calmes», a déclaré M. Gonzalez dans un communiqué de presse qui a été traduit et publié sur Facebook par une organisation de voyage régionale.

Un certain nombre de touristes canadiens dans la région nord-ouest du Mexique ont dû rester dans leurs hôtels pendant plusieurs jours après l’arrestation d’un important chef présumé de cartel de la drogue qui a provoqué des violences dans la région.

Certains ont décrit la région comme «de retour à la normale» le week-end, tandis que d’autres ont suggéré qu’une atmosphère d’inquiétude persistait.

Plusieurs aéroports qui avaient fermé en raison de la violence ont rouvert samedi et les vols ont repris de Mazatlán vers des villes de l’Ouest canadien, notamment Calgary, Edmonton, Winnipeg et Vancouver.

Dimanche, Affaires mondiales a continué de conseiller aux Canadiens voyageant à Sinaloa, l’État où se trouve Mazatlán, d’éviter les voyages non essentiels «en raison des niveaux élevés de violence et de crime organisé», mais a exempté la ville de Mazatlán elle-même de cet avertissement.

M. Gonzalez a noté que de nombreux touristes qui visitent la ville reviennent y vivre, et qu’ils défendent et prônent eux-mêmes le fait que Mazatlán est calme et qu’il faut la visiter.

«Cela me donne beaucoup de paix et de joie de voir que tout le monde est dans la rue», a mentionné M. Gonzalez dans le communiqué de presse.

Alyssa Johnson de l’agence Onward and Outward Travel à Edmonton a déclaré que les clients ne semblaient pas rebutés par les reportages sur la violence.

«Je pense que c’est assez isolé dans une région», estime Mme Johnson, soulignant qu’elle venait de réserver un voyage pour la région de Cancùn.

La ville de Mazatlán a également publié un communiqué de presse indiquant que les associations professionnelles se sont mobilisées pour aider les voyageurs dont les vols au départ de la région ont été retardés en raison des événements, en offrant un certain nombre de chambres d’hôtel et de repas gratuits.

La priorité a été donnée aux touristes à faible revenu, aux personnes âgées et aux personnes handicapées, indique le communiqué.

Ces violences ont fait suite à l’arrestation du trafiquant de drogue présumé Ovidio (La Souris) Guzman, fils de l’ancien chef de cartel Joaquin (El Chapo) Guzman.

Le gouvernement canadien a publié jeudi un avis de mise à l’abri, indiquant que la violence généralisée comprenait des voitures en feu, des échanges de tirs et des menaces pour les infrastructures essentielles, y compris les aéroports.

Les personnes qui ont publié des messages sur un groupe de médias sociaux pour les expatriés au Mexique ont indiqué que la violence était limitée à des zones isolées et qu’elles estimaient que les avis n’étaient que par précaution.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.