Le Manitoba lance une campagne pour critiquer les transferts fédéraux en santé

WINNIPEG – Le Manitoba lance une campagne sur le web pour critiquer le plan du gouvernement fédéral sur les transferts en santé, et le gouvernement laisse entendre que d’autres provinces pourraient lui emboîter le pas.

La province mettra en ligne à la fin de la semaine un site internet et utilisera les médias sociaux pour condamner l’intention du gouvernement fédéral de limiter l’augmentation annuelle des transferts en santé.

Le ministre manitobain de la Santé, Kevin Goertzen, a indiqué que le gouvernement provincial voulait ainsi «amorcer une discussion» pour que les citoyens de la province comprennent les conséquences des décisions du premier ministre Justin Trudeau et de son gouvernement «en termes de diminution des services de santé».

Justin Trudeau doit visiter la province jeudi.

Le gouvernement fédéral est sous le feu des critiques depuis plusieurs semaines quant à son intention de freiner l’augmentation des transferts en santé. Depuis 2004, les transferts croissent de six pour cent par année. Le gouvernement fédéral propose maintenant de faire croître les transferts de trois pour cent annuellement ou selon le calcul de la moyenne sur trois ans de la croissance du produit intérieur brut (PIB).

Il offre aussi des milliards de dollars qui devront être consacrés aux soins en santé mentale et aux soins à domicile.

Le Manitoba estime qu’il perdrait ainsi 2,2 milliards $ sur dix ans — dont 39 millions $ pour l’année budgétaire en cours. La province souligne qu’avec 39 millions $, elle pourrait réaliser 55 000 examens d’imagerie par résonance magnétique (IRM), 3200 opérations de remplacement de la hanche ou une hémodialyse pour 400 personnes.

La ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, affirme de son côté que les augmentations annuelles sont importantes et qu’elles permettront de répondre aux besoins des provinces.

«L’offre de 11,5 milliards $ (en santé mentale et pour les soins à domicile) que nous avons mise sur la table en décembre a le potentiel d’être transformatrice et de faire une différence dans la vie des Canadiens», a écrit le bureau de Mme Philpott par courriel.

Le gouvernement fédéral a conclu des ententes bilatérales avec la Saskatchewan, les trois territoires et trois provinces de l’Atlantique.

Mais les autres provinces s’opposent à l’offre du fédéral et M. Goertzen a suggéré que ses collègues pourraient lui emboîter le pas.

«Je peux vous dire que dans les discussions que nous avons eues avec les autres provinces, elles reconnaissent la nécessité de communiquer les difficultés dans lesquelles elles seront plongées avec leurs citoyens», a-t-il affirmé.

«Je serais surpris si elles ne voulaient pas communiquer avec leurs résidants», a-t-il ajouté.