Le «Manning Centre» appuie financièrement des groupes opposés aux libéraux

OTTAWA — Le «Manning Centre» est le maître d’oeuvre financier derrière un réseau anti-libéral très actif sur les réseaux sociaux comme Facebook et Instagram.

L’organisation, créée en 2005 par le chef fondateur du Parti réformiste, Preston Manning, a versé un total de 312 450 $ à ce réseau de «tiers» opposés au Parti libéral du Canada. Dans la plupart des cas, le «Manning Centre» est le seul donateur de ces tiers, selon les renseignements fournis à Élections Canada.

Une grande partie de cette somme, soit 240 500 $, a été versée à l’organisation centrale, «Canada Strong and Proud». Certaines sections provinciales, comme «Nouveau-Brunswick Fier» et «Québec Fier», ont également reçu des contributions.

Il ne faut pas confondre ces groupes avec d’autres organisations anti-libérales comme «Ontario Proud», «Canada Proud» ou «B. C. Proud». Celles-ci ont été créées et sont dirigées par Jeff Ballingall, un ancien membre du personnel politique du Parti conservateur.

Depuis la fin du mois de juillet, «Canada Strong and Proud» a dépensé plus de 103 000 $ pour acheter de la publicité sur Facebook. Une grande partie de ces annonces ont été publiées avant le déclenchement officiel de la campagne électorale. Le groupe a indiqué à Élections Canada qu’il avait dépensé seulement 7441 $ depuis le 11 septembre. Ses groupes apparentés disent avoir aussi dépensé quelques milliers de dollars.

C’est la première fois que «Canada Strong and Proud» et ses organisations apparentées sont tenues de dévoiler leurs soutiens financiers. Ces organisations n’ont pas répondu aux demandes de commentaires formulées par La Presse canadienne.

Équilibrer les messages politiques

Le président du «Manning Centre», Troy Lanigan, se dit ravi que son organisation dispose des ressources nécessaires pour aider à répandre le message conservateur pendant la campagne. Il estime que l’équilibre entre les groupes de centre gauche et ceux de centre droit sur le plan des dépenses favorise en général les premiers. Au cours de ces élections, les syndicats et les groupes écologistes ont effectivement plus dépensé que les organisations de centre droit.

Selon M. Lanigan, un des objectifs du «Manning Centre» est d’équilibrer les messages politiques. «Les groupes de centre gauche dépensent encore beaucoup plus que ceux de centre droit pour la publicité des tiers. Ce qui est toutefois encourageant, c’est que les groupes de centre droit ripostent. On ne s’écrase plus», soutient-il.

«Canada Strong and Proud» a investi beaucoup d’argent dans la réalisation d’une vidéo exhortant les Canadiens à être fiers de l’industrie pétrolière et gazière. Depuis le début de la campagne, l’organisation a concentré ses attaques sur la personnalité du chef libéral Justin Trudeau. «Comme nous sommes une organisation établie dans l’ouest du pays, il est évident que certains des messages favorables à l’industrie pétrolière trouvent un écho parmi nos membres», souligne M. Lanigan.

Si le «Manning Centre» a choisi de soutenir financièrement ces groupes, c’est en raison de leur portée et du succès qu’ils ont eu dans le passé. «Ce sont des groupes qui étaient sur notre radar, qui retenaient notre attention et qui cherchaient un soutien», a fait valoir M. Lanigan.

À l’instar de nombreux autres groupes, «Canada Strong and Proud» et ses groupes apparentés ont adopté un nouveau type d’action politique, s’inspirant des mèmes, afin de mieux répandre le message sur les réseaux sociaux.

M. Lanigan dit aussi que son organisation souhaite tirer parti des groupes «intelligents ayant des ressources limitées».

«Nous sommes désavantagés, nous manquons de ressources, mais nous ne nous écrasons pas. C’est un gros changement par rapport à 2015.»

Les plus populaires