Le marché immobilier en C.-B. aurait servi à blanchir 5 G $ l’an dernier

VICTORIA — Un rapport indépendant révèle que 5 milliards $ ont été blanchis dans le marché immobilier de la Colombie-Britannique l’année dernière, ce qui aurait fait grimper de cinq pour cent le prix des maisons — déjà astronomiques dans cette province.

L’ancienne procureure générale adjointe Maureen Maloney a estimé qu’au moins 7,8 milliards $ avaient été blanchis en tout dans cette province en 2018, sur un montant total au Canada d’environ 47 milliards $.

Le gouvernement provincial avait commandé deux rapports en septembre dernier pour faire la lumière sur le blanchiment d’argent par le crime organisé sur ce marché immobilier en surchauffe.

L’ancien commissaire adjoint de la Gendarmerie royale du Canada Peter German indique dans un premier rapport que l’injection d’argent illicite dans l’économie de la Colombie-Britannique avait entraîné une frénésie d’acquisitions qui a fait augmenter la valeur des maisons à peu près partout dans la grande région de Vancouver. Déjà, en juin dernier, M. German avait déposé un rapport sur l’argent sale dans les casinos de cette province.

Une agence internationale de lutte contre le blanchiment d’argent estimait l’an dernier que le crime organisé blanchissait environ un milliard de dollars par année en Colombie-Britannique. Mais le rapport de Mme Maloney évoque des chiffres beaucoup plus importants.

«Selon une estimation prudente, on parle d’un blanchiment d’argent de l’ordre de 7,4 milliards $ en 2018, seulement pour la Colombie-Britannique, sans parler du reste du Canada», a-t-elle soutenu.

Sociétés fictives ou à numéro

Le procureur général, David Eby, a déclaré en conférence de presse, jeudi, que les riches criminels et ceux qui tentent de se soustraire à l’impôt faussent le jeu économique et nuisent aux familles à la recherche d’un logement abordable — sans compter tous ceux qui ont perdu un être cher à cause de la crise des opioïdes, alimentée par le crime organisé.

Le ministre Eby a déclaré plus tôt cette semaine qu’il avait été choqué d’apprendre que des criminels qui blanchissent de l’argent dans le secteur des voitures de luxe en Colombie-Britannique obtenaient des remboursements de la taxe de vente, ce qui aurait coûté près de 85 millions $ à la province depuis 2013.

Le gouvernement néo-démocrate a déposé un projet de loi visant à prévenir l’évasion fiscale et le blanchiment d’argent, en braquant les projecteurs sur ces propriétaires immobiliers anonymes qui se cachent derrière des sociétés fictives ou à numéro.

Plusieurs agences de réglementation et organismes professionnels avaient anticipé les conclusions des rapports publiés jeudi et mis en place le mois dernier des politiques de lutte contre le blanchiment d’argent.

Le Conseil provincial de l’immobilier a annoncé qu’il s’associerait avec le Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada (CANAFE) afin d’identifier et de dissuader le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. D’autres organisations (évaluateurs, notaires, courtiers en hypothèques) se sont engagées à partager des informations, à n’accepter que des fonds vérifiés et à obliger leurs membres à suivre une formation en matière de lutte contre le blanchiment d’argent.

Les plus populaires