Le mari de Kamala Harris met en garde contre la «banalisation» de l’antisémitisme

WASHINGTON — Doug Emhoff, le mari de la vice-présidente des États-Unis, Kamala Harris, a déclaré mercredi qu’une recrudescence de l’antisémitisme aux États-Unis démontre qu’une «épidémie de haine» existe dans le pays et ne devrait pas devenir la norme.

M. Emhoff, qui est juif, a animé une table ronde à la Maison-Blanche sur la question avec des dirigeants juifs représentant diverses confessions juives, des réformés aux orthodoxes. 

«Il y a une épidémie de haine qui guette notre pays. Nous assistons à une augmentation rapide des discours et des gestes antisémites, a-t-il déclaré. Permettez-moi d’être clair: les mots ont un sens. Les gens ne se contentent plus de dire tout haut ce qu’ils pensent tout bas: ils le hurlent, littéralement.»

M. Emhoff a estimé que de telles attitudes sont dangereuses et ne doivent pas être tolérées. «Nous ne pouvons pas les banaliser. Nous avons tous l’obligation de condamner ces actes ignobles, a-t-il déclaré. Nous devons tous — nous tous — les dénoncer.» 

M. Emhoff est le premier conjoint juif d’un président ou d’un vice-président américain et il s’exprime de plus en plus ouvertement sur les préjugés croissants envers les juifs — et sur la haine en général aux États-Unis. 

La table ronde, à laquelle ont également participé divers responsables de la Maison-Blanche, fait suite à une vague de déclarations antijuives propagées aux États-Unis par des personnalités publiques, dont le rappeur Ye.

L’ex-président Donald Trump a récemment accueilli chez lui en Floride Nick Fuentes, un suprémaciste blanc négationniste de la Shoah. Le rappeur Ye, anciennement connu sous le nom de Kanye West, a exprimé son amour pour Adolf Hitler dans une entrevue. La star du basketball Kyrie Irving a semblé promouvoir un film antisémite sur les réseaux sociaux. 

Les trolls néonazis réclament le droit de revenir sur Twitter, alors que le nouveau PDG de la plateforme, Elon Musk, accorde une «amnistie» aux comptes suspendus.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.