Le meurtrier Allan Legere demandera une libération conditionnelle partielle

HALIFAX — Allan Legere, un assassin du Nouveau-Brunswick qui a été qualifié de « monstre du Miramichi », tentera le mois prochain d’obtenir une libération conditionnelle partielle.

Allan Legere, un mécanicien de formation qui est maintenant âgé de 72 ans, purge une peine de détention pour plusieurs meurtres survenus au cours des années 1980 dans la vallée du Miramichi, dans l’est du Nouveau-Brunswick.

Il devra faire valoir ses arguments devant des membres de la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC). On ignore à quel pénitencier le meurtrier purge ses peines d’emprisonnement.

En 1989, alors qu’il était emprisonné pour un meurtre commis trois ans plus tôt, Allan Legere est parvenu à s’échapper lors d’une visite sous escorte dans un hôpital de Moncton.

Au cours des sept mois qui ont suivi, il a commis quatre autres meurtres, des viols et des incendies criminels avant d’être finalement capturé, en novembre, et être jugé pour ces autres crimes.

Allan Legere a fait l’objet en 1989 de l’une des chasses à l’homme les plus intenses de l’histoire policière canadienne.

 

Laisser un commentaire