Le Mexique divulgue des preuves fournies par les É.-U. contre un ex-ministre

MÉXICO — Le gouvernement mexicain a divulgué vendredi 751 pages de preuves qui lui ont été remises par les États-Unis contre l’ancien secrétaire à la Défense, le général Salvador Cienfuegos Zepeda, accusé par les procureurs américains en lien avec le narcotrafic.

Cette décision sans précédent est intervenue un jour après l’annonce par les autorités mexicaines qu’elles ne poursuivraient pas les démarches engagées contre M. Cienfuegos. Il avait été arrêté en sol américain en octobre dernier, puis remis aux autorités mexicaines un mois plus tard après l’abandon des accusations portées contre lui, dans le cadre d’une concession diplomatique sous la pression du gouvernement d’Andrés Manuel López Obrador.

Le président mexicain a balayé d’un revers de la main les preuves recueillies contre M. Cienfuegos, vendredi, les qualifiant de circonstancielles. M. López Obrador a même accusé l’agence antidrogue des États-Unis (DEA) d’avoir inventé les accusations de toutes pièces et manqué de professionnalisme dans son enquête.

On ignore pour l’instant si la publication des documents affectera d’autres recours judiciaires aux États-Unis ou compromettra l’identité de témoins.

Le dossier rendu public contient des transcriptions de messages sur Blackberry qui impliqueraient des membres de cartel et M. Cienfuegos, qui, selon les procureurs américains, était aussi désigné comme «le parrain», «Zepeda» et «Sepeda». 

Toutes les pages portent l’indication suivante: «Partagée sous ordonnance du tribunal, pas pour diffusion.»

Le département américain de la Justice a indiqué vendredi qu’il se réserve le droit de relancer les poursuites contre M. Cienfuegos, qui avait été accusé d’avoir accepté des pots-de-vin en échange de l’assurance que l’armée ne prendrait pas de mesures contre le cartel H-2 alors que celui-ci s’en prenait à ses rivaux. Il avait également été accusé d’avoir présenté des chefs de cartel à des représentants gouvernementaux corrompus.

– Par Mark Stevenson, The Associated Press

Laisser un commentaire