Le Mexique investit 1,5 milliard $ dans une technologie à la frontière avec les É.-U.

WASHINGTON — Le président mexicain Andres Manuel López Obrador a accepté de dépenser 1,5 milliard de $ pour améliorer la technologie frontalière «intelligente» lors d’une rencontre mardi avec son homologue américain Joe Biden. Selon la Maison-Blanche, cette décision montre que la coopération entre voisins réussit, là où les promesses de l’administration Trump pour construire un mur aux frais du Mexique, n’ont pas abouties.

Selon une source bien au fait de la série d’accords conclus entre les deux pays à Washington, d’autres mesures sont aussi prévues comme l’augmentation du nombre de visas de travail délivrés par les États-Unis et l’accueil de plus de réfugiés. De plus, ils créeraient des patrouilles conjointes pour le Mexique et le Guatemala afin de repérer les personnes impliquées dans le passage de migrants le long de leur frontière commune.

Cette source s’est confiée sous le couvert de l’anonymat, car l’accord n’avait pas été officiellement annoncé. L’administration Biden était très enthousiaste à l’idée d’obtenir un financement frontalier du Mexique après des années d’échecs de l’ancien président Donald Trump.

Les accords ont pu être conclus quelques heures après le début des rencontres, et M. López Obrador les a commentés pendant plus d’une demi-heure. Il a abordé tous les sujets, des Américains se dirigeant vers le sud pour des prix moins chers à la pompe jusqu’à la politique du «New Deal» de Franklin Delano Roosevelt. Il a aussi critiqué les conservateurs et a dit que les États-Unis et le Mexique devraient rejeter le «statu quo» à la frontière.

M. López Obrador a déclaré que les deux pays «devraient serrer les rangs pour s’entraider» au milieu de la hausse de l’inflation et des défis frontaliers brutalement mis en évidence par la tragédie des 53 migrants retrouvés morts le mois dernier après avoir été abandonnés dans une remorque sur une route isolée de San Antonio.

Bien que par le passé, il n’ait pas hésité à se faire critique aux dépens des États-Unis, le président López Obrador a adopté un ton positif avec M. Biden tout en faisant l’éloge de la vice-présidente Kamala Harris.

M. Biden était tout aussi conciliant, disant: «je vois que nous voyons le Mexique comme un partenaire égal» et écartant les divergences d’opinions sur la politique avec M. López Obrador. «Vous et moi avons une relation solide et productive et je dirais un partenariat.»

C’était un changement par rapport au mois dernier, lorsque M. López Obrador avait décliné l’invitation de Joe Biden au Sommet des Amériques à Los Angeles après avoir exhorté en vain les États-Unis d’inclure les dirigeants de Cuba, du Nicaragua et du Venezuela – tous des pays dotés de régimes antidémocratiques.

Le président mexicain avait également qualifié le soutien américain à l’Ukraine dans sa guerre avec la Russie «d’erreur grossière» et avait critiqué les États-Unis pour avoir agi plus rapidement pour fournir un financement militaire à l’Ukraine qu’une aide financière à l’Amérique centrale.

Contrer la pénurie de main-d’œuvre

Parlant des décès de migrants au Texas – qui comprenaient des personnes du Mexique et d’Amérique centrale – M. Biden a déclaré «nous savons que nous devons relever ces défis ensemble». Il a indiqué que les États-Unis et le Mexique s’entendaient sur la nécessité d’augmenter les possibilités de migration légale, d’autant plus que davantage de travailleurs peuvent aider à atténuer les pénuries de main-d’œuvre aux États-Unis et potentiellement aider à calmer la hausse des prix.

«Il s’agit d’une stratégie éprouvée qui alimente la croissance économique et réduit la migration irrégulière», a expliqué M. Biden.

L’immigration a été un point politique sensible pour Joe Biden, car les principaux républicains ont souligné qu’un nombre croissant de personnes du Mexique et d’Amérique centrale traversaient illégalement la frontière sud des États-Unis tout en critiquant l’administration et les démocrates pour ne pas avoir fait plus pour le ralentir. M. López Obrador a reconnu ces critiques, mais a déclaré que la situation à la frontière nécessitera des solutions, pas seulement de la politique.

«La solution n’est pas par le conservatisme. La solution passe par la transformation, a-t-il dit. Transformer, pas maintenir le statu quo.»

Mardi était la deuxième rencontre en personne entre Joe Biden et Andres Manuel López Obrador à la Maison-Blanche. La première dame Jill Biden avait accueilli la première dame mexicaine Beatriz Gutiérrez Müller ce printemps lors de la célébration de Cinco de Mayo à la Maison-Blanche.

Les discussions ont eu lieu juste avant le départ de M. Biden pour l’Israël, la Cisjordanie et l’Arabie saoudite.

Une série d’accords annoncés par l’administration Biden promettaient des actions conjointes pour moderniser et améliorer les infrastructures le long de certaines parties clés de leur frontière de 3200 kilomètres; pour renforcer la coopération en matière d’application de la loi contre la contrebande de fentanyl; ainsi que pour promouvoir l’énergie propre.

M. Biden a indiqué qu’une «opération majeure de lutte contre la contrebande» visant les trafiquants de fentanyl était en cours depuis avril et avait conduit à plus de 3000 arrestations.

Malgré un accord sur la tentative d’augmenter la migration légale, l’administration Biden a été moins claire sur l’ampleur des pressions qu’elle exercera sur le Mexique pour empêcher les personnes de traverser son territoire pour entrer illégalement aux États-Unis. C’était une importante exigence de M. Trump.

La vice-présidente Kamala Harris, qui a été chargée d’étudier les causes profondes de l’immigration en Amérique latine, a également accueilli mardi M. López Obrador pour un petit-déjeuner au cours duquel ils ont échangé des mots aimables. S’adressant au président mexicain devant l’Observatoire naval, Mme Harris a fait référence à ses visites passées dans son pays.

«Le temps que j’ai passé avec vous au Mexique était si spécial pour moi», a-t-elle déclaré, soulignant «l’amitié qui a été si importante pour les deux nations».

«C’est notre amie, mais aussi une femme avec des principes. Une femme intelligente. Honnête. C’est une militante de l’égalité. Je félicite donc le peuple américain, car il a une vice-présidente de premier ordre (…). Nous avons toujours parlé pour le bien de nos peuples et de nos deux nations. Aujourd’hui, nous allons faire exactement la même chose», a déclaré M. López Obrador.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.