Le ministre Bains souligne les défis en santé mentale pour 2021

OTTAWA — Le ministre fédéral de l’Industrie a déclaré que le pays était confronté à des préoccupations croissantes en matière de santé mentale auxquelles le gouvernement devra s’attaquer en 2021.

Navdeep Bains dit continuer d’entendre des histoires sur la santé mentale des travailleurs et des entrepreneurs aux côtés des appels à l’aide financière pour les particuliers et les entreprises.

Le ministre souligne que la situation est particulièrement ressentie dans sa circonscription de la région de Toronto qui inclut l’aéroport international Pearson, où les hôtels et restaurants locaux souffrent également d’une diminution considérable des voyageurs.

M. Bains a dit à La Presse Canadienne avoir constaté l’impact de la pandémie au sein de sa propre famille.

Père de deux enfants, M. Bains affirme que la pandémie a eu des conséquences néfastes sur ses filles d’âge scolaire, privées de contacts avec leurs amis et leur famille.

Les recherches menées par Statistique Canada pendant la pandémie ont montré un sentiment de déclin de la santé mentale.

Une étude de l’agence publiée en juin a indiqué que les personnes les plus touchées par la pandémie — comme les femmes et les personnes ayant un système immunitaire affaibli ou des problèmes de santé chroniques — étaient moins susceptibles de déclarer une meilleure santé mentale.

«J’entends de plus en plus d’histoires et, franchement, personnellement, je peux m’identifier à cela», a déclaré M. Bains à propos des problèmes de santé mentale.

«C’est un problème émergent non seulement dans ma circonscription — je soupçonne que c’est aussi dans tout le pays. Mais c’est clairement un problème auquel nous devons nous attarder.»

Une autre étude de Statistique Canada publiée juste avant Noël indique que la mesure de la «satisfaction à l’égard de la vie» des Canadiens est tombée à son plus bas niveau en deux décennies de données comparables.

Plusieurs études de Statistique Canada cette année ont porté sur les effets sur la santé mentale de la crise économique et sanitaire.

Au niveau fédéral, le gouvernement a répondu à la pandémie avec des dépenses sans précédent qui ont gonflé le déficit à 381,6 milliards de dollars, bien que les calculs du gouvernement indiquent qu’il pourrait se rapprocher de 400 milliards de dollars selon la durée et l’ampleur des mesures de restrictions.

Malgré toutes ces dépenses, M. Bains a laissé entendre qu’il y aurait peut-être plus à faire pour aider des secteurs sans coûts supplémentaires.

Il a noté comment les entreprises ont accéléré leur transition numérique tandis que les travailleurs devaient rester à la maison. M. Bains a indiqué que cela avait nécessité une mise à jour des cadres législatifs et commerciaux autour des lois sur la protection de la vie privée.

La diversité

Le ministre a également annoncé le «Défi 50-30» juste avant la fin de 2020, qui demande aux organisations d’avoir 50 % de femmes dans les conseils d’administration et dans la haute direction.

Le programme fédéral demande également que 30 % de ces postes soient occupés par des «groupes sous-représentés» comme les personnes racisées, les personnes handicapées et les Autochtones.

Les entreprises qui démontreraient qu’elles ont atteint l’objectif obtiendraient un accès préférentiel aux programmes fédéraux et éventuellement aux contrats fédéraux.

«Si vous avez fait cela, alors je crois fermement que vous aurez un meilleur accès, vous serez traité favorablement en ce qui concerne les subventions et les contributions», a déclaré M. Bains, «et ultimement l’approvisionnement aussi, si nous voulons aller de l’avant».

M. Bains a soutenu que la réponse globale du gouvernement à la pandémie devrait aider dans une autre bataille: celle de l’expertise.

Le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, a déclaré récemment dans un discours que les politiques protectionnistes et les attitudes du président américain Donald Trump avaient contribué à faire du Canada un point d’atterrissage plus attrayant pour les gens ayant une grande expertise au cours des quatre dernières années.

Bien que M. Macklem ait averti que cet avantage pourrait disparaître après l’accession de Joe Biden à la Maison-Blanche, M. Bains a estimé que la réponse du Canada à la pandémie pourrait continuer de placer le pays dans une position avantageuse par rapport aux États-Unis.

«Il ne fait aucun doute qu’il y avait ce contraste entre les politiques des États-Unis dans le passé et ce que nous faisions au Canada», a fait valoir M. Bains. «Mais il est important de noter que notre marque et nos politiques sont plus fortes que jamais.»

Laisser un commentaire