Le ministre David Heurtel annonce qu’il quitte la politique

QUÉBEC — Le ministre de l’Immigration, David Heurtel, a confirmé vendredi qu’il ne se représentera pas aux élections d’octobre, comme des informations le laissaient entendre depuis plusieurs jours.

Dans un message sur Facebook, il a écrit: «dans les derniers mois, la maladie a frappé ma famille. Ce contexte est pour moi incompatible avec l’exigence d’un prochain mandat».

Élu pour la première fois lors d’une complémentaire dans la circonscription montréalaise de Viau en décembre 2013 et réélu aux élections générales d’avril 2014, M. Heurtel n’aura fait qu’un mandat à titre de ministre.

Avant d’être ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, il s’est surtout fait connaître à titre de ministre de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques, portefeuille que lui avait attribué le premier ministre Philippe Couillard à la formation de son premier cabinet en 2014.

M. Heurtel a donc pris part à la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, la COP21, à Paris, ce qu’il rappelle dans son message sur Facebook.

Il a aussi rappelé ses réalisations législatives, notamment la réforme de la Loi sur la qualité de l’environnement, ainsi que la loi sur les véhicules zéro émission.

Le ministre a toutefois été sous les projecteurs en raison de certaines controverses. Rappelons qu’en 2014, son ministère avait autorisé des forages de l’entreprise TransCanada dans le fleuve au large de Cacouna, dans une période de gestation des bélugas. La Cour supérieure avait alors suspendu les forages et visé directement le ministre.

En 2015, il avait également été critiqué au cours de l’épisode du «flushgate», quand le gouvernement Couillard avait autorisé la Ville de Montréal à rejeter près de cinq milliards de litres d’eaux usées non traitées dans le fleuve, le temps d’effectuer des travaux de voirie sur ses canalisations.

Lors du remaniement d’octobre 2017, M. Heurtel a été appelé en renfort par Philippe Couillard au ministère de l’Immigration, où Kathleen Weil était empêtrée dans les consultations à venir sur le racisme systémique, en plus de l’épineux dossier de l’afflux des migrants en provenance des États-Unis.

Au cours des derniers mois, il s’est fait remarquer par ses attaques constantes à l’encontre de la Coalition avenir Québec (CAQ), visée par les libéraux parce que favorisée dans les sondages.

Le premier ministre a rendu un bref hommage à son collègue en le remerciant, en marge d’un discours à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

«À l’Environnement, il a joué un rôle important dans la stature du Québec sur la scène internationale, dans la lutte aux changements climatiques, également la réforme de la Loi sur la qualité de l’environnement, et en immigration, il quitte avec une nouvelle politique notamment en matière de sélection des immigrants, leur intégration, leur francisation, qui est un gros pas en avant», a dit M. Couillard dans une mêlée de presse.