Le ministre Pierre Moreau accuse la Coalition avenir Québec de misogynie

QUÉBEC — La Coalition avenir Québec (CAQ) dépasse les bornes en critiquant de façon répétée la sous-ministre Dominique Savoie, dans des attaques qui «tendent à incliner vers la misogynie», accuse le ministre Pierre Moreau.               

Jeudi, au Salon bleu, le titulaire du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles s’est emporté en réponse à une question du député caquiste Éric Caire, lors d’un échange particulièrement corsé qui pourrait donner un avant-goût de la prochaine campagne électorale.

M. Caire voulait savoir du ministre délégué à l’Intégrité des marchés publics, Robert Poëti, s’il trouvait que la nomination de la «mauvaise administratrice» Dominique Savoie au conseil d’administration d’Hydro-Québec était une «bonne nomination».

Mme Savoie était sous-ministre au ministère des Transports avant d’être démise de ses fonctions en mai 2016 par le premier ministre Philippe Couillard. On la soupçonnait notamment d’avoir trafiqué un document. Elle a ensuite été blanchie, puis tablettée au ministère du Conseil exécutif. Elle a récemment été nommée sous-ministre au ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles.

Devant un Pierre Moreau qui défendait l’intégrité de Mme Savoie, le député Caire a laissé tomber que «le dauphin est égal à lui-même, et on sait tous que son niveau d’éthique et d’intégrité le qualifie parfaitement pour être chef du Parti libéral», avant de blasphémer lorsque rappelé à l’ordre par la vice-présidente de l’Assemblée nationale, Maryse Gaudreault. 

Ulcéré, M. Moreau s’est alors levé pour dénoncer «le manque de respect» du député. «C’est à l’image exacte de ce que la CAQ a envers les femmes, envers les minorités, envers la fonction publique», a-t-il fustigé.

Plus tard en mêlée de presse, M. Moreau a affirmé que la CAQ présentait des «indices qui tendent à incliner vers la misogynie». 

«Il s’adresse de façon extrêmement menaçante à la (vice) présidente et rappelez-vous que sa question portait sur une femme, qui a une carrière remarquable dans la fonction publique et qu’il tente de discréditer. Appelez ça comme vous voulez; moi je vous le dis, les gens sont capables d’être juges de ça», a-t-il déclaré.  

Dans un premier temps, l’attaché de presse de la CAQ, Samuel Poulin, a maintenu que «jamais un sacre n’a été prononcé à l’endroit de la présidence».

«Nous avons réagi vivement à l’absence de réponses du gouvernement libéral et le silence de Robert Poëti sur cette nomination», a-t-il affirmé.

Puis, la députée de la CAQ Nathalie Roy a convoqué les journalistes à un point de presse pour réfuter l’accusation de misogynie. 

«Selon les libéraux, hier, à la CAQ, nous étions contre les étrangers, contre les immigrants, aujourd’hui, on est contre les femmes. Et demain, ce sera quoi? On va être contre les personnes âgées? C’est totalement ridicule», a-t-elle déclaré. 

D’après elle, les questions que pose la CAQ au sujet de Dominique Savoie sont «légitimes» et sa formation politique continuera de poser des questions sur les hommes comme sur les femmes, a-t-elle dit. 

Les derniers sondages suggèrent que la CAQ est en tête des intentions de vote, suivie par les libéraux. L’élection générale au Québec se tiendra le 1er octobre 2018.