Le ministre russe Sergueï Lavrov a été hospitalisé, selon les autorités indonésiennes

NAISANO DUA, Indonésie — Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a été hospitalisé à son arrivée au sommet du G20, lundi à Bali, ont rapporté plusieurs sources des autorités indonésiennes. La Russie a toutefois démenti cette affirmation.

Le chef de la diplomatie de la Russie est arrivé sur l’île dimanche soir en prévision du sommet qui commence mardi. Quatre sources du gouvernement indonésien ont confirmé à l’Associated Press que M. Lavrov a reçu des soins à l’hôpital Sanglah, situé à Denpasar.

Le gouverneur de Bali, I Wayan Koster, a affirmé que M. Lavrov, âgé de 72 ans, avait été emmené au plus grand hôpital de l’île, «pour un bilan de santé».

«Il a quitté l’hôpital après un bref examen et il est en bonne santé», a déclaré le gouverneur.

Or, la Russie a rapidement démenti ces informations. La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a nié que M. Lavrov avait été hospitalisé, mais n’a pas précisé s’il avait bel et bien reçu des soins pour un problème de santé.

La porte-parole a publié une vidéo du ministre, qui semblait en pleine forme portant un t-shirt et des shorts, dans laquelle elle demandait à M. Lavrov de commenter les rumeurs voulant qu’il se trouvait à l’hôpital.

«Ça fait 10 ans qu’ils disent que notre président est malade, donc ce n’est pas nouveau de voir ça en politique», mentionne M. Lavrov dans la vidéo.

M. Lavrov sera le plus haut dirigeant russe présent au sommet du G20, où se trouveront aussi le premier ministre canadien Justin Trudeau, le président américain Joe Biden et le président chinois Xi Jinping.

La participation du président russe Vladimir Poutine était incertaine jusqu’à la semaine dernière, lorsque des responsables ont confirmé qu’il ne sera pas présent et que la Russie sera représentée par M. Lavrov.

Les conséquences de l’invasion de l’Ukraine par la Russie devraient faire partie des sujets abordés lors de cette réunion du G20, qui rassemble des responsables de pays représentant plus de 80 % de la production économique mondiale.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.