Le ministre Sajjan compare les frappes de missiles russes à la famine de l’Holodomor

OTTAWA — Le ministre du Développement international, Harjit Sajjan, a déclaré que les frappes de la Russie contre les infrastructures civiles de l’Ukraine lui rappelaient une famine historique, mais qu’il était trop tôt pour dire si la Russie commettait un génocide.

«Quand vous regardez le nombre de missiles qui visaient des civils, il est difficile de ne pas faire le lien avec le génocide qui a eu lieu pendant l’Holodomor», a affirmé M. Sajjan, jeudi.

L’Holodomor est une famine provoquée par l’homme en Ukraine soviétique qui a tué des millions de personnes entre 1932 et 1933. Le Canada reconnaît cet épisode comme un génocide.

«Ils ont vu des atrocités dans le passé où (la Russie) a essayé de faciliter — de tenter d’affamer les Ukrainiens. C’est quelque chose qu’ils ont très bien connu à travers l’Holodomor. Et c’est quelque chose qui n’est pas nouveau pour eux», a-t-il dit.

Cette semaine, des missiles russes ont tué des civils et endommagé certaines infrastructures électriques à travers l’Ukraine, lors les plus bombardements depuis des mois dans de vastes étendues du pays.

Selon le ministre Sajjan, ces frappes aériennes, les tortures et les massacres documentés cette année constituent des crimes de guerre. Il a soutenu qu’il est difficile de ne pas comparer ces frappes aériennes à l’Holodomor.

«Le type de crime de guerre dont ils parlent, la torture qui a été commise, certaines de ces histoires sortiront plus tard – donc je dirai que cela déterminera quelle sera la terminologie réelle.»

L’élu libéral s’entretenait avec les journalistes par téléphone depuis l’ambassade du Canada à Varsovie, en Pologne, après une visite à Lviv, une grande ville située dans l’une des régions les plus sûres d’Ukraine.

Il était là pour rencontrer des personnes déplacées de toute l’Ukraine, afin d’évaluer les types de soutiens dont le pays pourrait avoir besoin cet hiver.

«Nous examinons tout, de la fourniture de générateurs (aux) vêtements; toute la gamme.»

«C’est pourquoi cette évaluation des besoins est très importante, afin que nous ayons un bon aperçu des besoins exacts à travers le pays», a-t-il mentionné, ajoutant que les frappes aériennes récentes ont contribué à cette nécessité.

«Nous pensions que l’infrastructure électrique pourrait être ciblée. Nous ne pensions tout simplement pas que Poutine serait si délibéré dans sa méthode pour le faire.»

Le ministre a évoqué aussi qu’il était absolument nécessaire en Ukraine de renforcer le soutien aux femmes victimes de violence.

Des groupes ukrainiens ont soutenu que la Russie perpétuait intentionnellement un génocide, citant la rhétorique de Moscou selon laquelle l’Ukraine n’avait pas de culture distincte et n’appartenait pas à la Russie.

En avril, les députés ont soutenu à l’unanimité une motion du Nouveau Parti démocratique (NPD) visant à «reconnaître que la Fédération de Russie commet des actes de génocide contre le peuple ukrainien». La Chambre des communes a adopté cette motion avec le consentement unanime, mais n’a pas tenu de vote parlementaire formel.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.