Le N.-B. ne signale aucun nouveau cas pour la première fois depuis des jours

FREDERICTON — Le Nouveau-Brunswick ne signalait lundi aucun nouveau cas de COVID-19 — pour la première fois depuis quelques jours, après une petite éclosion la semaine dernière dans la péninsule acadienne.

Quatre personnes sont actuellement hospitalisées, dont une aux soins intensifs, selon une mise à jour publiée sur le site internet du gouvernement. On comptait lundi 12 cas actifs au Nouveau-Brunswick, tous liés à la grappe dans la région de Campbellton.

Quatre cas signalés au cours de la fin de semaine sont survenus au «Manoir de la vallée» à Atholville, un établissement de soins de longue durée du groupe québécois Lokia où un employé avait été déclaré positif la semaine dernière.

Bernard Savoie, directeur régional de Lokia pour le comté de Restigouche, a déclaré que les quatre cas avaient été détectés dans l’«unité alzheimer» de l’établissement, qui est séparée des 39 autres chambres. Il a déclaré que deux des résidents avaient été hospitalisés et que les deux autres étaient dans leurs chambres lundi.

L’«unité alzheimer», qui compte 18 lits, s’est transformée en «mini-hôpital», selon Guy Tremblay, PDG du Groupe Lokia. Il a indiqué lundi qu’une infirmière travaillait à l’«unité alzheimer» et que les résidents étaient vérifiés au moins deux fois par jour pour les symptômes du coronavirus. L’employé avait travaillé trois quarts de nuit avant d’être déclaré positif et il n’était pas symptomatique à ce moment-là, a déclaré M. Tremblay, dont l’entreprise possède des foyers de soins au Nouveau-Brunswick et au Québec — dont deux où le coronavirus a été détecté.

Selon les autorités, cette éclosion a commencé lorsqu’un travailleur de la santé qui avait contracté le coronavirus au Québec est retourné travailler à l’hôpital régional de Campbellton sans s’isoler pendant 14 jours. Ce travailleur, qui aurait été en contact avec une centaine de personnes, selon les autorités, a été depuis suspendu de ses fonctions.

Cette éclosion a entraîné une augmentation des tests dans la zone de santé qui comprend Campbellton, avec plus de 3300 tests effectués au cours de la fin de semaine. Cette région a aussi reculé d’un cran dans le plan de déconfinement graduel du Nouveau-Brunswick. Avant cette éclosion, la province était restée plus de deux semaines sans nouveaux cas et avait commencé à rouvrir plus d’entreprises et de services dans la phase «jaune» de son plan de déconfinement.

Un nouveau cas en N.-É.

La Nouvelle-Écosse signale un nouveau cas de COVID-19, ce qui porte le nombre total de cas confirmés dans cette province à 1057. Six personnes sont actuellement hospitalisées, dont deux aux soins intensifs.

Une éclosion spécifique touche toujours le foyer de soins de longue durée Northwood, à Halifax. Dans cet établissement, 10 résidents et quatre employés sont atteints.

À ce jour, la Nouvelle-Écosse a enregistré 60 décès et 984 personnes se sont rétablies.

À Terre-Neuve-et-Labrador, le nombre de cas demeurait inchangé lundi, à 261. La docteure Janice Fitzgerald, médecin hygiéniste en chef, a indiqué que trois cas demeuraient actifs dans la province, et qu’une personne était hospitalisée. Sur les 261 cas confirmés, 255 personnes se sont rétablies et trois personnes sont mortes.

Dans l’Île-du-Prince-Édouard, où les 27 cas recensés jusqu’ici se sont tous rétablis, la province amorçait lundi la troisième phase de son déconfinement graduel. Il est maintenant possible de tenir des rassemblements avec un maximum de 15 personnes à l’intérieur et de 20 personnes à l’extérieur, tout en pratiquant la distanciation avec les personnes qui ne font pas partie du ménage.

Les restaurants peuvent servir des repas en salles, toujours en respectant les consignes. Les visites sont maintenant permises aux soins palliatifs ainsi que dans des aires extérieures aux établissements de soins de longue durée.

Les gymnases, les bibliothèques, les centres de soins personnels, les camps de jour, les terrains de camping et autres installations publiques peuvent aussi rouvrir. Les propriétaires de chalets de l’extérieur de la province pouvaient aussi demander à compter de lundi un laissez-passer pour accéder à l’île. Ils devront promettre d’observer un isolement strict de 14 jours.