Le navire coincé sur le canal de Suez causera des retards jusqu’au Québec

MONTRÉAL — L’interruption du trafic sur le canal de Suez, en Égypte, aura des impacts jusqu’au Québec, où l’on sait d’ores et déjà que l’incident causera des retards dans les activités commerciales.

Un immense navire de conteneurs qui s’est échoué est coincé depuis plusieurs jours sur cette voie navigable cruciale pour le commerce international. En date de dimanche matin, plus de 320 bateaux attendaient de passer à travers le canal, depuis la mer Méditerranée et la mer Rouge, selon l’entreprise de services du canal, Leth Agencies.

Le Port de Montréal s’attend «certainement» à ce que cette situation cause des retards pour les navires qui passent par le canal, qui transitent vers l’Europe et qui se rendent ensuite vers la métropole pour livrer des marchandises.

Ce sont les marchandises provenant de l’Asie qui sont touchées, étant donné que le Port de Montréal est relié au continent par les canaux de Suez ou de Panama, a expliqué par courriel Mélanie Nadeau, directrice des communications au Port de Montréal.

Le trafic provenant de l’Asie représente environ 25 % du commerce du port, a-t-elle ajouté.

Plusieurs produits sont livrés de l’Asie, dont des vêtements, des produits électroniques et des matériaux de construction. Du côté de l’exportation, les cargaisons de céréales, de pâtes et papiers, ainsi que de produits forestiers pourraient être affectées par des retards.

«Il n’est pas possible à l’heure actuelle de quantifier l’impact anticipé du blocage du canal de Suez pour le Port de Montréal, a précisé Mme Nadeau. Nous suivons de près l’évolution de la situation.»

Au Port de Québec, le portrait semble moins critique pour l’instant. On ne s’attend pas à ce que l’incident ait des impacts directs, du moins à court terme, dans les semaines à venir.

«Par contre, si ça s’étire deux-trois mois, c’est sûr qu’il pourrait y avoir des impacts à un certain degré», a précisé le porte-parole du Port de Québec, Frédéric Lagacé.

«(À Montréal) ils sont sur le conteneur davantage, nous en ce qui concerne le vrac, parce qu’actuellement ce qu’on fait au Port de Québec c’est du vrac solide et liquide, pour ces marchandises-là, dans un horizon de court terme, il n’y a pas d’impact significatif.»

Selon un expert en sauvetage interrogé par l’Associated Press, libérer le cargo Ever Given pourrait nécessiter jusqu’à une semaine de travail dans le meilleur des cas. Le navire pourrait avoir subi des problèmes structurels à cause de sa fâcheuse position, a indiqué Nick Sloane, qui a dirigé l’effort de grande envergure pour sauver le navire de croisière Costa Concordia en 2012.

Laisser un commentaire