Le navire Ever Given demeure toujours coincé dans le canal de Suez

SUEZ, Égypte —
Les autorités ne sont pas toujours parvenues à dégager le porte-conteneurs géant qui bloque le canal de Suez depuis cinq jours.

Le chef de l’Autorité égyptienne du canal de Suez, le lieutenant général Osama Rabei, a indiqué que les vents violents «n’étaient pas la seule cause» du naufrage du Ever Given. Il a ajouté que l’enquête poursuivait son cours et n’excluait pas l’hypothèse d’une erreur humaine ou technique.

Le lourd navire qui bat pavillon panaméen est coincé dans un tronçon à une seule voie du canal, à environ six kilomètres de l’entrée sud, près de la ville de Suez.

Le général dit ne pas pouvoir prédire le moment où le bateau sera libéré de sa fâcheuse position. Une entreprise de sauvetage néerlandaise tente de renflouer le navire avec des remorqueurs et des dragues en profitant des marées hautes.

M. Rabei a déclaré qu’il espérait toujours que le dragage pourrait permettre de libérer le navire sans avoir à recourir à l’enlèvement de sa cargaison. «[Mais] nous sommes dans une situation difficile, a-t-il ajouté.  C’est un grave incident.»

Shoei Kisen, la société japonaise propriétaire du navire, a dit envisager le retrait de tous conteneurs si de nouvelles tentatives de renflouement échouaient.

Plus de 320 navires sont en attente aux deux extrémités du canal de Suez et dans le Grand Lac Amer au milieu de la voie navigable.

Une opération complexe

Peter Berdowski, le PDG de Boskalis, la société de sauvetage engagée pour dégager l’Ever Given, espère parvenir à ses fins d’ici quelques jours à l’aide de remorqueurs lourds, d’opérations de dragage et des marées hautes.

Il a indiqué vendredi sur les ondes d’une chaîne de télévision néerlandaise que l’avant du navire est coincé dans de l’argile sableuse. «L’arrière n’a pas été complètement enfoncé. C’est une bonne chose, car on peut utiliser l’arrière du navire pour le libérer.»

M. Berdowski a dit que deux gros remorqueurs sont en route vers le canal et devraient arriver au cours du week-end. Son entreprise veut exploiter la puissance des remorqueurs, du dragage et des marées, qui, selon lui, devraient être jusqu’à 50 centimètres plus hautes samedi.

«Nous espérons que la combinaison des [remorqueurs] que nous aurons là-bas, du terrain dragué et de la marée haute suffira pour libérer le navire quelque part au début de la semaine prochaine.»

Si cela ne fonctionne pas, l’entreprise retirera des centaines de conteneurs de l’avant du navire pour l’alléger, le soulevant suffisamment pour le rendre plus facile à tirer, a déclaré M. Berdowski.

Une grue était déjà en route pour soulever les conteneurs du navire.

La mission de sauvetage se concentrait sur la proue emprisonnée du navire, après que des progrès eurent été accomplis pour libérer la poupe, a déclaré samedi le fournisseur de services du canal, Leth Agencies.

Une fermeture prolongée de cette voie navigable cruciale entraînerait des retards dans la chaîne mondiale des expéditions. Quelque 19 000 navires ont traversé le canal l’année dernière, selon les chiffres officiels. Environ 10% du commerce mondial passe par là.

Certains navires ont commencé à changer de cap et des dizaines d’autres étaient toujours en route vers le canal, selon la société de données Refinitiv.

– Par Samy Magdy, The Associated Press

Laisser un commentaire