Le navire océanographique «Hudson» prend sa retraite après 60 ans de loyaux services

HALIFAX — La Garde côtière canadienne fait ses adieux jeudi à un navire de recherche légendaire, en attendant un remplaçant pour mener à bien les projets scientifiques auxquels l’«Hudson» a participé depuis près de 60 ans. 

Le navire océanographique et hydrographique avait été construit en acier trempé à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, par les chantiers maritimes Irving. Il est utilisé depuis 1963 pour effectuer des études océanographiques.

Des membres d’équipage et des scientifiques, passés et présents, se réunissent jeudi à l’Institut océanographique de Bedford, à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, pour marquer le déclassement récent du navire.

La Garde côtière a déclaré qu’elle travaillait avec le ministère fédéral des Pêches pour confier le programme scientifique de l’Hudson à d’autres navires gouvernementaux. La Garde côtière prévoit également d’affréter des navires privés à des fins de recherche scientifique.

Les travaux sur le futur navire océanographique hauturier qui remplacera l’Hudson ont été retardés; Ottawa indique maintenant qu’ils devraient être terminés en 2025.

L’Hudson a été le premier navire à faire le tour de l’Amérique du Nord et de l’Amérique du Sud, un voyage connu sous le nom d’«expédition Hudson 70», nécessitant presque une année complète — commençant en 1969 et se terminant en octobre 1970.

En mars 1976, le Hudson a secouru tout l’équipage du navire de patrouille des pêches «Cape Freels», qui avait pris feu et a finalement été abandonné sur les Grands Bancs de Terre-Neuve-et-Labrador.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.