Le navire québécois Saaremaa I affrété à la traverse entre l’Î.-P.-É. et la N.-É.

QUÉBEC — Un traversier québécois viendra prêter main-forte à la traverse entre la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard, à la suite de l’incendie il y a deux semaines d’un ferry effectuant cette liaison. 

Le NM Saaremaa I de la Société des traversiers du Québec (STQ) sera affrété à la compagnie Northumberland Ferries Limited (NFL) pour effectuer des traversées entre Caribou, en Nouvelle-Écosse et Wood Islands, à l’Île-du-Prince-Édouard, pour une période d’environ deux mois. 

Mercredi, le Saaremaa I a quitté Trois-Rivières en direction de Caribou pour aller effectuer des essais. Une période d’évaluation d’une dizaine de jours est nécessaire pour déterminer si le navire s’adapte aux installations portuaires. 

Le Saaremaa I effectue habituellement la traverse Matane-Baie-Comeau-Godbout, entre le Bas-Saint-Laurent et la Côte-Nord. La STQ affirme que ce trajet restera sa mission première. Il sera déployé dans les Maritimes si le besoin se présente alors qu’il est en attente au quai à Québec. 

«Lorsque nous avons appris la nouvelle de l’incendie sur le NM Holiday Island, nous savions que cela avait une importance cruciale pour les communautés desservies en pleine saison touristique, car nous rencontrons des enjeux similaires chez nous», indique Stéphane Lafaut, président-directeur général de la STQ, dans un communiqué. 

Le Holiday Island de NFL approchait du port de l’Île-du-Prince-Édouard le 22 juillet lorsqu’un incendie s’est déclaré dans sa salle des machines, forçant une évacuation d’urgence impliquant environ 230 passagers.

Le navire a depuis été remorqué jusqu’à la côte et les véhicules des passagers ont été retirés. 

NFL a annoncé la semaine dernière la reprise du service entre Caribou et Wood Islands selon un horaire provisoire. Le navire Confederation effectue les voyages pendant que le Bureau de la sécurité des transports du Canada enquête sur l’incendie sur le Holiday Island.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.