Le «Netflix des magazines» se raffine

Les reportages des meilleurs magazines du monde, dont L’actualité, sont maintenant regroupés dans une appli réinventée.

texture2


S’il existait une échelle de Richter pour mesurer l’ampleur des changements qui révolutionnent l’univers des magazines depuis 10 ans, elle aurait sûrement explosé à l’heure qu’il est! Le passage de l’imprimé au numérique a causé tout un séisme. Et il n’a pas fini de faire sentir ses vibrations secondaires.

Les lecteurs sont d’abord passés de l’ordinateur de bureau au portable, puis à une panoplie d’appareils allant de la tablette mini au téléphone intelligent doté d’un grand écran. Les amateurs de magazines ont été ravis de pouvoir retrouver leurs titres favoris sur leurs appareils mobiles. Mais rapidement, ils ont espéré plus. Leur plaisir de dévorer une publication d’une couverture à l’autre sur leur mobile a fait place à leur désir de butiner dans les différentes publications selon les sujets et les histoires qui les intéressent.

Pour les éditeurs, il est vite devenu évident que réagir au tremblement de terre, aussi important soit-il, n’était pas suffisant. Ils devaient s’intéresser aux répliques du séisme, grandes et petites. Car elles n’ont pas fini de bouleverser leur industrie.

C’est pour cette raison que Next Issue Media réinvente sa plateforme de magazines numériques, rebaptisée Texture. Lancé il y a cinq ans, ce «Netflix des magazines» est le fruit d’une collaboration entre six grands éditeurs pour offrir sur une même plateforme les titres les plus prestigieux, à un bas prix mensuel. Et voilà que la plateforme propose aux lecteurs de faire des découvertes grâce à de nouvelles fonctionnalités, dont des collections regroupées par thèmes, alimentées par une équipe chevronnée. Autre nouveauté: une fonction de recherche permet aux lecteurs de replonger dans les quelque 15 000 numéros publiés à ce jour par plus de 150 titres. Le nouveau nom rend d’ailleurs l’idée d’une expérience de lecture aux multiples «textures».

«Nous assistons à l’évolution normale de l’offre, qui passe du kiosque numérique à une plateforme qui permet de naviguer librement parmi les sujets proposés par les meilleurs magazines du monde», dit Steve Maich, premier vice-président de Rogers Media (une des sociétés partenaires de Texture par Next Issue, aussi propriétaire de L’actualité).

Repensée en fonction des habitudes actuelles de consommation de contenu, Texture vise à séduire les lecteurs de magazines, mais aussi ceux qui s’informent et se divertissent presque exclusivement sur le Web. «La croissance de notre industrie repose sur sa capacité de marier le meilleur des deux mondes, numérique et imprimé», dit Steve Maich.

Next Issue a vu le jour en 2011, environ un an après le lancement du iPad de Apple. Avec la croissance rapide du marché des tablettes, de nombreux éditeurs ont tout misé sur ces appareils. Mais les ventes de tablettes ont ralenti, alors que le téléphone intelligent à grand écran et le téléphone-tablette (connu sous le nom de «phablet» en anglais) gagnent en popularité. «Texture est en bonne position pour se démarquer dans ce marché diversifié, dit Steve Maich. On ne veut pas parier sur un appareil ou un fabricant en particulier. On s’assure de développer une plateforme compatible avec tout, peu importe quel est l’appareil privilégié par nos lecteurs»

D’autres éditeurs au Canada ont choisi une avenue différente et lancé des publications destinées exclusivement à la tablette. D’autres encore délaissent l’imprimé — c’est le cas du quotidien La Presse, qui se consacrera à sa version pour tablette en semaine à compter de janvier 2016.

Texture fera face à une concurrence de plus en plus grande, incluant celle d’Apple News. La nouvelle plateforme Texture — qui fait compétition à des applis comme Flipboard — compte toutefois sur un atout de taille: l’accès à tous les titres de son répertoire. «C’est le seul endroit où vous avec accès à l’entièreté de la collection, à tous les titres, dit Steve Maich. Pour 15 dollars par mois, vous avez les meilleurs magazines, incluant leurs numéros passés et leurs archives.»

Outre Rogers, les autres entreprises propriétaires de Texture par Next Issue sont Condé Nast, Hearst Magazines, Meredith, News Corp, Time Inc., ainsi que le fonds d’investissement KKR.

Texture par Next Issue compte plus de 100 000 abonnés au Canada, selon le premier vice-président de Rogers Media. Ces lecteurs passent autant de temps à lire sur différents sujets à l’écran que s’il s’agissait de magazines imprimés — bien plus que le temps consacré à des sites Web. Jusqu’ici, Texture par Next Issue n’a pas réduit de façon notable le nombre de lecteurs de publications imprimées. «Nous nous demandions quelle proportion de nos lecteurs délaisseraient leurs abonnements au profit de Next Issue. La grande majorité n’ont jamais été abonnés à nos éditions papier, ou alors ils l’ont été très occasionnellement !»

(Adaptation d’un article du magazine Canadian Business, propriété de Rogers Media)