Le nettoyage d’une ancienne mine d’or du Canada devrait coûter 4,38 milliards $

YELLOWKNIFE — On estime que le nettoyage de l’un des sites les plus contaminés au Canada coûtera aux contribuables plus de quatre fois ce qui était prévu initialement.

Le Conseil du Trésor du Canada a récemment approuvé une nouvelle estimation des coûts s’élevant à 4,38 milliards $ pour l’assainissement de la mine Giant, une ancienne mine d’or exploitée de 1948 à 2004 dans les limites de la ville de Yellowknife.

Le coût du projet dirigé par le gouvernement fédéral était estimé à un peu moins d’un milliard de dollars en 2013, mais cela ne tenait pas compte de l’inflation, des imprévus et des coûts de gestion du projet, ainsi que du fait que les plans d’assainissement se sont depuis élargis.

La directrice adjointe du projet d’assainissement de la mine Giant, Natalie Plato, a indiqué avoir pris connaissance de ses droits et avoir écouté les parties prenantes. «Nous pensons qu’il s’agit d’une initiative très positive pour Yellowknife et la région environnante», a-t-elle déclaré.

Kevin O’Reilly, membre de l’Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest qui était un intervenant dans le plan de nettoyage de la mine Giant en tant qu’écologiste, a déclaré qu’il n’était pas surpris par le nouveau prix.

«C’est certainement un montant énorme, mais cela ne devrait surprendre personne, a-t-il déclaré. Les frais de déplacement ont grimpé en flèche ces derniers temps pour obtenir des entrepreneurs et ainsi de suite.»

M. O’Reilly a dit qu’il aimerait voir une répartition de l’estimation des coûts. Il a indiqué qu’il avait dû insister pour connaître l’estimation précédente, obtenant finalement le montant en déposant une demande d’accès à l’information.

L’estimation des coûts de 4,38 milliards $ englobe toutes les dépenses du projet d’assainissement depuis 2005 et les coûts futurs projetés pendant les opérations en cours.

Alors que l’assainissement devait initialement être achevé en 2031, cette échéance a été repoussée à 2038. Toutefois, certains aspects du projet, comme les 237 000 tonnes de poussière de trioxyde de diarsenic hautement toxique stockées sous terre sur le site, nécessiteront un entretien et une maintenance perpétuels.

M. O’Reilly a déclaré que les coûts de l’entretien permanent seront probablement importants.

Depuis la publication de l’estimation initiale des coûts, le projet a fait l’objet d’un processus de permis d’eau et d’une évaluation environnementale, qui ont abouti à 26 mesures juridiquement contraignantes qui ont dû être achevées avant que l’assainissement puisse être entrepris.

D’autres changements comprennent la création d’un conseil de surveillance, des accords sur les avantages et les contributions communautaires, ainsi qu’un programme de surveillance des effets sur la santé pour mesurer les niveaux d’arsenic et d’autres contaminants chez les résidents de Yellowknife, N’dilo et Dettah au moyen d’échantillonnages biologiques.

Mme Platon a déclaré qu’un autre changement demandé par les parties prenantes consistait à remplir huit fosses à ciel ouvert sur le site plutôt que de les laisser ouvertes pour protéger le sous-sol des inondations.

L’ampleur du nettoyage de la mine est énorme, le site s’étendant sur plus de 900 hectares. Il compte également 13,5 tonnes de sols contaminés, un site d’enfouissement, six bassins de décantation et 100 bâtiments, dont un lotissement abandonné où les anciennes maisons des travailleurs contiennent de l’amiante.

Pour la prochaine décennie, les travaux d’assainissement comprendront la construction d’une nouvelle usine de traitement des eaux, la déconstruction de l’ancien lotissement de maisons, la stabilisation souterraine à l’aide d’un mélange de ciment, de résidus et d’additifs chimiques, et la congélation des chambres à arsenic souterraines à l’aide de 858 thermosiphons, qui sont essentiellement de longs tubes remplis de dioxyde de carbone sous pression.

___

Cette dépêche a été rédigée avec l’aide financière des Bourses de Meta et de La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.