Le Nouveau-Brunswick signalait mardi sept nouveaux cas de COVID-19

FREDERICTON — Le Nouveau-Brunswick signalait mardi sept nouveaux cas de COVID-19.

Selon la santé publique, les quatre cas signalés dans la région sanitaire d’Edmundston étaient des contacts avec des cas connus. Deux des trois autres cas, recensés dans la région de Moncton, sont liés à des voyages.

Depuis lundi, six personnes se sont rétablies et il y a 56 cas actifs, dont une personne hospitalisée. Lundi, 745 tests de dépistage ont été réalisés, pour un total de 246 475 tests jusqu’ici. Par ailleurs, le cas positif confirmé à la Moncton High School le 21 mars serait un cas présumé du «variant britannique», indique-t-on mardi. L’école secondaire demeure fermée cette semaine. 

Le gouvernement affirme que 4500 membres du personnel des écoles secondaires de la province pourront recevoir un vaccin cette semaine, lors de cliniques organisées à 16 endroits différents. Les écoles seront fermées pour les élèves le jour où se tiendront ces cliniques.

Les cliniques de vaccination auront lieu mercredi dans les écoles secondaires de la région de Fredericton, jeudi dans celles de la région de Saint-Jean, vendredi dans les régions de Tracadie et de Moncton, puis lundi dans les régions de Shediac, Bathurst et Campbellton.

Le gouvernement promet «au cours des prochaines semaines» d’autres cliniques de vaccination à l’intention du personnel des écoles primaires et intermédiaires, ainsi que des fournisseurs de services à la petite enfance et du personnel des garderies, dans le cadre du volet des grands employeurs du plan de vaccination de la province.

Un cas en N.-É, deux à l’Î.-P.-É.

La Nouvelle-Écosse signalait mardi un nouveau cas de COVID-19, une personne de la région sanitaire de l’Est. Le cas est lié à un voyage à l’extérieur du Canada atlantique.

Les responsables affirment que plus de 66 000 doses de vaccin COVID-19 ont été administrées, dont plus de 20 000 doses de rappel. La province comptait mardi 21 infections actives déclarées.

La Nouvelle-Écosse a par ailleurs indiqué que les prochaines phases de vaccination contre la COVID-19 seront surtout assurées par les pharmacies et les cabinets de médecins. Une fois que le plan de la province sera mis en œuvre, plus tard ce printemps, les pharmacies et les cliniques assureront 70 % de la vaccination, selon la santé publique. Les 30 % restants seront constitués principalement de dispensaires communautaires; 1 % sera assuré par des cliniques mobiles. 

Les responsables affirment que la première phase du déploiement du vaccin dans la province sera terminée d’ici la fin d’avril. Cette phase comprend les travailleurs de première ligne, les gens de 80 ans et plus ainsi que les Autochtones. 

La province affirme qu’elle sera en mesure d’administrer 86 000 doses chaque semaine d’ici la mi-mai, lorsque les cliniques de vaccination fonctionneront à plein régime. Les responsables affirment que plus de 66 000 doses de vaccin avaient été administrées lundi et que plus de 36 000 doses seront administrées cette semaine.

L’Île-du-Prince-Édouard, de son côté, signalait mardi deux nouveaux cas de COVID-19, chez des jeunes de moins de 19 ans. La médecin hygiéniste en chef, Heather Morrison, a précisé qu’un cas est un contact étroit d’une infection précédemment signalée, alors que l’autre cas pourrait être lié à un voyage régional. 

On signalait mardi huit cas actifs sur l’île. Selon la docteure Morrison, 18 632 doses de vaccin ont été administrées dans la province, dont 5622 doses de rappel. Les gens de 70 ans et plus ont pu prendre rendez-vous cette semaine, alors que les personnes dans la soixantaine qui ont certaines conditions médicales sous-jacentes pourront le faire dès jeudi.

On saute la file à T.-N.-L.

À Terre-Neuve-et-Labrador, les responsables ont admis que le système de réservation en ligne avait permis à quelques milliers de personnes âgées de sauter la ligne pour se faire vacciner.

Le PDG d’«Eastern Health», David Diamond, a expliqué que 2800 personnes dans la soixantaine avaient pu prendre un rendez-vous en ligne, même si ces rendez-vous ne sont ouverts qu’aux personnes âgées de 80 ans.

M. Diamond a déclaré que les personnes qui ont eu un tel rendez-vous par erreur pourront le garder. Des cliniques supplémentaires seront mises en place pour s’assurer que les vaccinations des résidents plus âgés ne prendront pas de retard.

Laisser un commentaire