Le Nouveau-Brunswick veut tripler le nombre d’immigrants qu’il reçoit par année

FREDERICTON — Le Nouveau-Brunswick entend plus que tripler le nombre d’immigrants qui s’installent dans la province, espérant atteindre 7500 personnes par an d’ici 2024.

L’objectif visant à porter l’immigration annuelle à environ un pour cent de la population de la province est inclus dans la nouvelle stratégie quinquennale de croissance de la population et le plan d’action du gouvernement provincial dévoilés mardi.

En plus d’attirer des immigrants, la stratégie a pour objectif de faire en sorte que les nouveaux arrivants restent dans la province, en visant un taux de rétention par année de 85 pour cent d’ici 2024.

La province cherchera également à accueillir une plus grande proportion d’immigrants francophones.

Le gouvernement progressiste-conservateur affirme que son objectif est d’attirer des travailleurs qualifiés et des entrepreneurs pour qu’ils répondent aux besoins du marché du travail du Nouveau-Brunswick, tout en créant un environnement dans lequel les nouveaux arrivants peuvent s’installer et réussir.

Le ministre du Travail, Trevor Holder, a déclaré que la croissance démographique serait déterminante pour l’avenir de la province.

«Il est essentiel d’attirer et de retenir de nouveaux Canadiens pour nous aider à accroître la population de notre province et à répondre aux besoins de nos employeurs», a fait valoir M. Holder par communiqué.

Moncef Lakouas, président du Conseil multiculturel du Nouveau-Brunswick, estime que la stratégie énonce des objectifs ambitieux qui favoriseront la croissance économique et la prospérité.

«Lorsque les nouveaux arrivants font partie intégrante de tous les aspects de la société, ils deviennent des partenaires dans la croissance de notre économie et enrichissent la vie sociale et culturelle de notre province», a déclaré M. Lakouas.

Une faible croissance démographique

Par l’entremise d’une stratégie dévoilée par le précédent gouvernement libéral, le nombre d’immigrants arrivés au Nouveau-Brunswick chaque année est passé de 625 en 2014 à 2291 en 2017. L’objectif pour la province cette année est de 2100.

Avec environ 770 000 habitants, le Nouveau-Brunswick est la troisième plus petite province en termes de population au Canada. La nouvelle stratégie indique qu’entre 2013 et 2018, le Nouveau-Brunswick se situait à l’avant-dernier rang parmi les provinces et les territoires en termes de croissance démographique, avec 1,6 pour cent.

On y dénote un déficit important de migration interprovinciale, en particulier chez les jeunes, et de faibles taux de natalité qui limitent la capacité de croissance de la province.

«La migration internationale est une stratégie essentielle pour atténuer l’impact de ce déclin», indique le document de stratégie.

De 2018 à 2027, le Nouveau-Brunswick devrait avoir environ 120 000 postes à combler, dont environ 13 000 nécessiteront des travailleurs de l’extérieur de la province.

Le gouvernement veut renforcer la collaboration avec les organisations professionnelles et les secteurs des affaires afin d’améliorer la reconnaissance des titres de compétences étrangers et d’identifier les obstacles à la certification des métiers en demande.

Le gouvernement prévoit également lancer des efforts d’information du public visant à briser les stéréotypes ou les idées fausses sur les immigrants, tout en soulignant les réalités démographiques de la province.

Les plus populaires