Le nouveau patron de la GRC en Nouvelle-Écosse veut restaurer la confiance

HALIFAX — Le nouveau commandant de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) en Nouvelle-Écosse croit que la population souhaite une relation renouvelée avec son corps policier provincial, malgré la réponse largement critiquée de la GRC à la tuerie de 2020.

Le commissaire adjoint Dennis Daley a déclaré mercredi en entrevue que même s’il était possible qu’une enquête publique recommande au gouvernement d’examiner d’autres modèles pour assurer la sécurité publique dans la province, il est convaincu que les Néo-Écossais «veulent toujours que la GRC demeure leur police provinciale».

M. Daley a déclaré que ce sera son travail dans les années à venir de rebâtir les ponts avec la population, les administrations municipales et les autres corps policiers en Nouvelle-Écosse.

L’enquête publique sur la tuerie d’avril 2020 a mis en lumière de nombreux problèmes liés à l’intervention de la GRC — notamment l’absence d’alertes à la population, le peu d’agents disponibles cette fin de semaine là et le manque d’équipement de base pour aider les policiers sur le terrain.

Vingt-deux personnes, dont une femme enceinte et une policière de la GRC, ont été tuées les 18 et 19 avril 2020 par un homme de 51 ans, alors qu’il conduisait une réplique d’autopatrouille dans le centre de la Nouvelle-Écosse. L’auteur de la tuerie a finalement été abattu par des policiers de la GRC dans une station-service, après 13 heures de cavale meurtrière.

Dennis Daley s’est joint à la GRC en 1988 et dès 1989, il a été affecté à New Minas, en Nouvelle-Écosse, où il a travaillé pendant six ans.

M. Daley était depuis 2019 commissaire adjoint aux Services de police contractuels et autochtones, à Ottawa, ce qui lui a permis d’établir des liens étroits avec le système existant de services de police de la GRC dans des collectivités rurales un peu partout au pays, comme en Nouvelle-Écosse

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.