Le nouveau premier ministre de Nouvelle-Écosse présente son premier discours du Trône

HALIFAX — Le gouvernement libéral de la Nouvelle-Écosse a annoncé mardi qu’il réévaluera cette année toutes les mesures de soutien mises en place pendant la pandémie, pour s’assurer que les programmes gouvernementaux existants répondent réellement aux besoins de la population.

Dans son discours du Trône, livré mardi par le lieutenant-gouverneur, Arthur LeBlanc, le gouvernement indique qu’il veut savoir si les programmes «améliorent de façon quantifiable» le bien-être des Néo-Écossais, y compris dans les domaines de la santé et de l’éducation.

Le gouvernement veut aussi savoir si les programmes vont dans le sens d’un environnement durable, ou au contraire nuisent à cet objectif.

Les libéraux réitèrent également un engagement de campagne lors de la course à la direction du premier ministre récemment assermenté, Iain Rankin, qui engage la province à éliminer progressivement le charbon pour produire de l’électricité d’ici 2030, soit 10 ans plus tôt que prévu jusqu’ici par le gouvernement libéral. M. Rankin souhaite notamment que tous les bureaux gouvernementaux utilisent de l’électricité renouvelable d’ici 2025.

Le discours du Trône marque l’ouverture de la première session plénière de l’Assemblée législative depuis le début de la pandémie de COVID-19, en mars dernier. C’est aussi la première séance de M. Rankin en tant que premier ministre. Lors d’un congrès virtuel, le mois dernier, il a été élu chef du Parti libéral — et premier ministre désigné, en remplacement de Stephen McNeil, qui s’est retiré.

La législature de la Nouvelle-Écosse fonctionnera selon un «modèle hybride», avec seulement 12 de ses 51 députés en Chambre, les autres à distance. Le ministre des Finances, Labi Kousoulis, a indiqué que le gouvernement déposerait son budget plus tard ce mois-ci.

Laisser un commentaire