Le NPD dans un débat sur une définition controversée de l’antisémitisme

OTTAWA — Le débat sur la définition de l’antisémitisme a rebondi chez les néo-démocrates à l’approche du congrès de la formation fédérale le mois prochain.

Près de 50 associations de circonscription du NPD ont appuyé une motion qui s’oppose à la définition opérationnelle de l’antisémitisme telle que formulée par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA).

Les opposants de cette définition déplorent qu’elle refroidit les critiques légitimes des politiques israéliennes. Ceux qui la soutiennent objectent qu’elle permet de concrétiser la compréhension de l’antisémitisme qui inclut selon eux la diabolisation de l’État juif.

Le gouvernement fédéral a enchâssé cette définition dans sa stratégie de lutte contre le racisme en 2019, se joignant aux nombreux pays qui ont adopté ces paramètres non juridiquement contraignants.

La branche canadienne de l’organisation B’nai Brith appelle le chef néo-démocrate, Jagmeet Singh, à s’assurer que les résolutions contre la définition de l’IHRA soient rejetées lors du congrès de son parti.

«Elle n’étouffe en rien les critiques contre Israël. C’est une interprétation erronée que certains membres de la gauche et du mouvement néo-démocrate semblent malheureusement reprendre», maintient le directeur général de B’nai Brith Canada, Michael Mostyn.

Mais certains militants ne sont pas du même avis.

«La définition de l’IHRA ne fait pas vraiment grand-chose pour protéger les Juifs de l’antisémitisme. Elle sert simplement à faire des amalgames entre l’antisémitisme et les protestations légitimes contre Israël», avance Aaron Lakoff, un porte-parole de Voix juives indépendantes Canada.

M. Lakoff cite en exemple la manière dont B’nai Brith Canada a qualifié la promotion de boycotts, de désinvestissements et de sanctions économiques contre Israël d’«antisémite», ce qui illustre selon lui l’instrumentalisation de la définition de l’IHRA «pour faire taire les voix palestiniennes».

L’auteur principal de la définition, Kenneth Stern, a lui-même désavoué l’utilisation qu’on en a faite. Plus de 600 universitaires canadiens ont aussi signé une lettre ouverte s’y opposant.

Le point de discorde n’est pas la définition de deux phrases en soi, mais plutôt la liste d’exemples jointe en annexe et la façon dont certains groupes l’interprètent.

L’IHRA évoque ainsi «le refus du droit à l’autodétermination des Juifs en affirmant par exemple que l’existence de l’État d’Israël est le fruit d’une entreprise raciste» comme un exemple d’antisémitisme. Des opposants affirment que cette phrase exclut implicitement les Palestiniens et leur propre droit à l’autodétermination.

L’ancien député néo-démocrate Svend Robinson soutient que la définition de l’IHRA a déjà été employée pour tenter de réprimer la solidarité exprimée envers le peuple palestinien. «Elle a été utilisée pour cibler les députés du NPD Charlie Angus et Leah Gazan, qui se sont prononcés sur la question de l’accès des Palestiniens aux vaccins», souligne-t-il.

«Nous devons aussi lutter corps et âme contre l’antisémitisme. L’antisémitisme est une menace réelle et grave. Mais une définition trop large mine la lutte contre l’antisémitisme», fait valoir M. Robinson.

«Franchement, la position du caucus fédéral du NPD n’a pas été claire sur cette question.»

Lors d’une rencontre avec des membres de la communauté juive à Toronto, en décembre 2019, M. Singh avait exprimé son soutien envers la définition de l’IHRA en tant que mesure non contraignante.

Questionné sur la récente prise de position de certaines de ses associations de circonscription, le parti a fourni une déclaration de sa directrice nationale, Anne McGrath.

«Nos congrès sont guidés par un processus démocratique qui permet aux membres de discuter et de se prononcer ouvertement et librement sur une variété de questions», peut-on y lire.

«Comme toujours, il n’y aura aucune tolérance pour les discours haineux ou toute forme de discrimination. Jagmeet Singh et le NPD se dresseront toujours contre l’antisémitisme et toutes les formes de racisme.»

Laisser un commentaire