Le NPD demande un examen indépendant de la réponse du fédéral à la pandémie

OTTAWA — Le Nouveau Parti démocratique (NPD) réclame de nouveau une enquête publique sur la gestion de la pandémie par le gouvernement fédéral.

Avec la levée des dernières restrictions sanitaires fédérales en septembre, le porte-parole du NPD en matière de santé, Don Davies, estime qu’il est temps qu’Ottawa examine si des mesures appropriées ont été prises pour gérer la crise de la COVID-19.

«Il est temps d’avoir un examen approprié et exhaustif de la préparation et de la réponse du fédéral. Et la seule façon de le faire est de lancer une enquête officielle», a-t-il affirmé en entrevue.

Selon M. Davies, il était évident au début de la pandémie que le Canada n’était pas bien équipé pour faire face à la pression causée par la COVID-19. Une enquête publique peut répondre à plusieurs questions, de la détection précoce du virus aux pénuries d’équipements de protection individuelle, en passant par les capacités nationales de production de vaccins, soutient l’élu néo-démocrate.

«Il s’agit de tenir ceux qui ont pris des décisions pour responsables, d’apprendre de cette expérience sans précédent et d’être mieux préparés pour l’avenir», a-t-il fait valoir.

Les premiers cas de COVID-19 ont été détectés au Canada fin janvier 2020. Deux mois plus tard en mars, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré une pandémie mondiale.

Depuis lors, les restrictions de santé publique ont fluctué avec les vagues pandémiques et ont inclus la vaccination obligatoire pour les fonctionnaires, les travailleurs des industries sous réglementation fédérale et les voyageurs, la fermeture des frontières ainsi que les tests de dépistage de la COVID-19 obligatoires pour les voyageurs.

Le gouvernement a également offert un soutien financier aux personnes qui ne pouvaient pas travailler ou ont perdu leur emploi pendant la pandémie, et aux entreprises qui ont subi des pertes financières en raison des confinements pour ralentir la propagation du virus.

Le NPD souhaite un examen de grande portée, mené en public et sans lien de dépendance avec le gouvernement.

Les députés néo-démocrates et conservateurs ont demandé à l’administratrice en chef de la santé publique du Canada quand il y aurait un examen de la gestion de la pandémie par le fédéral, lors d’une récente réunion du comité de la santé de la Chambre des communes.

La Dre Theresa Tam leur a dit que la décision ne lui appartenait pas, mais a mentionné qu’il était important de tirer les leçons de la plus grande pandémie de l’ère actuelle.

«Il est très important de prendre note des leçons apprises et d’être aussi objectif que possible», a affirmé la Dre Tam au comité de la santé le 18 octobre.

«Les contributions de divers experts sur ce qui s’est bien passé, ainsi que sur ce qui pourrait être amélioré, sont importantes pour bien nous préparer à notre réponse à l’avenir, étant donné que les pandémies se reproduiront.»

Le ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, a également parlé de l’importance d’un examen, mais n’a pas précisé quand un tel exercice aurait lieu, ni s’il serait indépendant du gouvernement.

L’ancien chef du Parti réformiste Preston Manning a annoncé le 4 novembre des plans pour ce qu’il a appelé une «enquête citoyenne nationale» sur la réponse à la pandémie des gouvernements provinciaux, municipaux et fédéral au nom d’un organisme à but non lucratif appelé «Citizen’s Inquiry Canada».

L’organisation a été créée pour recevoir et débourser des dons pour financer l’enquête.

«L’ampleur de ces interventions exige une enquête complète, transparente et objective sur la pertinence et l’efficacité des mesures imposées», a déclaré M. Manning dans un communiqué de presse.

«Nous devons déterminer ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas fonctionné et identifier comment nous pouvons mieux réagir à l’avenir.»

M. Manning a dit que l’enquête commencerait l’année prochaine, avec des audiences publiques tenues à travers le pays.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.