Le NPD lance une stratégie électorale pour séduire les jeunes

MONTRÉAL — Le Nouveau Parti démocratique (NPD) cherche à plaire aux jeunes de 18 à 40 ans en prévision des prochaines élections. Pour ce faire, le chef Jagmeet Singh lance une plateforme web qu’il a baptisée «Oser». 

En conférence de presse, lundi à Montréal, le chef du NPD a dit vouloir soutenir les jeunes puisqu’ils représentent un des groupes les plus touchés par la pandémie. 

«Ils ont vécu l’isolement et la perte d’emplois», a-t-il souligné devant une poignée de journalistes convoqués dans un parc montréalais. 

Il a également évoqué la difficulté pour les jeunes familles de s’acheter une maison abordable et a mentionné du même coup «le prix des loyers qui augmentent» pour les locataires. 

Ce qui l’amène à proposer un «plan ambitieux» de logements abordables, mais également un plus grand accès aux services internet et de téléphonie cellulaire abordables. Il réclame également des soins de santé mentale qui soient en tout temps gratuits.

Logements abordables

Une des solutions pour permettre aux jeunes Québécois de se loger décemment est de «mettre fin aux investissements étrangers», a indiqué M. Singh, en référence aux acheteurs étrangers qui se procurent des biens immobiliers au pays et qui les utilisent soit comme pied-à-terre ou comme source de revenus. 

Le problème qui est d’abord apparu à Vancouver et qui a fait l’objet de mesures afin de freiner la flambée des prix immobiliers, s’est déplacé à Toronto depuis quelques années et se pointe maintenant le bout du nez à Montréal. 

Le leader du NPD veut également voir plus de logements sociaux et plus de coopératives d’habitation. 

Services internet accessibles

«L’internet est devenu un outil essentiel», rappelle le chef néo-démocrate, raison pour laquelle son programme propose de plafonner les prix exigés par les compagnies de télécommunications. 

Les tarifs internet que paient les Canadiens sont parmi les plus chers au monde, s’est indigné M. Singh. 

Le site internet aux couleurs éclatées utilise un langage familier, proche de celui parlé par les jeunes. 

«Les gouvernements comme celui de Justin Trudeau ont toujours eu peur de serrer la vis aux grandes compagnies de télécom qui nous chargent des prix fous!», note-t-on. 

À l’inverse «Jagmeet n’a pas peur des géants», peut-on y lire. 

Soins de santé mentale

«Oser» fait également la promesse d’offrir «des soins en santé mentale gratuits», même si pareille initiative est de compétence provinciale et non pas fédérale. La pandémie a plus durement touché les jeunes qui, selon M. Singh, n’ont pas toujours accès à des services d’aide psychologique. 

En lançant «Oser», le leader néo-démocrate dit vouloir offrir des solutions concrètes aux enjeux que vivent les 18-40 ans. 

«On veut continuer d’être là pour ceux qui commencent leurs carrières», a d’ailleurs ajouté le leader néo-démocrate. Ceux-ci ne profitent pas nécessairement de l’encadrement qu’ils auraient eu en temps normal ni des contacts qui serviraient leurs carrières, puisque la pandémie en contraint plusieurs à travailler de la maison. 

Intentions de vote

Le défi qui attend les néo-démocrates pour séduire les électeurs est grand, surtout que les plus récents sondages ne laissent pas présager une vague orange de sitôt.  

En 2019, le NPD est passé de 15 députés à un seul qui a su conserver son siège au Québec. Il s’agit d’Alexandre Boulerice, qui a été réélu pour un troisième mandat dans la circonscription de Rosemont–La Petite-Patrie.

En février, un sondage CROP indiquait que le NPD arrivait en quatrième position, derrière le Parti libéral, le Bloc québécois et le Parti conservateur, ne récoltant ainsi que 10 % des appuis. 

———

Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire