Le NPD perd deux députées pour la prochaine campagne électorale fédérale

OTTAWA — Deux autres députées néo-démocrates du Québec élues pour la première fois lors de la vague orange en 2011 ont décidé de jeter l’éponge, à quelques jours de deux élections partielles importantes pour leur parti.

Marjolaine Boutin-Sweet, qui représente la circonscription d’Hochelaga, et Anne Minh Thu Quach, de Salaberry-Suroît, ont annoncé jeudi qu’elles ne seraient pas candidates lors de l’élection fédérale d’octobre 2019.

Dans un message publié sur sa page Facebook, Mme Boutin-Sweet explique qu’à 64 ans, elle n’a pas «le même niveau d’énergie» que lorsqu’elle a fait son entrée à la Chambre des communes en 2011.

«Par respect pour les gens d’Hochelaga, il était hors de question de ne me représenter qu’à moitié, a-t-elle déclaré. Même si le coeur y est, le niveau d’énergie n’y est plus.»

Mme Quach, sa collègue, a révélé dans une déclaration qu’elle est enceinte de son deuxième enfant, qu’elle souhaite être présente pour sa fille qui entrera à la maternelle en septembre, mais aussi pour son conjoint.

«Je vous avoue que j’ai l’intention de goûter aux joies d’un congé de maternité, dans l’intimité du cocon familial», a-t-elle exposé.

Les deux députées demeureront en poste jusqu’à la fin de leur mandat. Le scrutin est prévu le 21 octobre 2019.

Cela porte à quatre le nombre de députés néo-démocrates qui ont choisi de ne pas faire campagne. Mme Boutin-Sweet et Mme Quach s’ajoutent à Romeo Saganash et Hélène Laverdière qui avaient fait part de leur choix il y a déjà quelques mois. Deux autres députés — Pierre Nantel et Christine Moore — sont toujours en réflexion. Cette dernière est enceinte de son troisième enfant et attend la naissance prévue en avril avant de prendre une décision.

La décision de Mme Boutin-Sweet et Mme Quach survient alors que le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, tente de se faire élire lundi dans la circonscription de Burnaby-Sud en Colombie-Britannique.

Le parti tente également de conserver son siège dans le comté d’Outremont au Québec, laissé vacant par son ex-chef Thomas Mulcair. Ce dernier avait ravi ce château fort libéral lors d’une élection partielle en 2007.

Selon un récent sondage Léger réalisé pour La Presse canadienne, le NPD aurait obtenu six pour cent des intentions de vote au Québec. C’est deux fois moins que les 12 pour cent qu’il aurait récoltés dans l’ensemble du pays. Le sondage a été réalisé entre le 15 et le 19 février auprès de 1529 Canadiens.

Malgré ces sombres perspectives, les députés Alexandre Boulerice et Matthew Dubé estiment que leur parti sera en mesure d’attirer de bons candidats pour remplacer les deux députées sortantes.

«On fait des appels, on rencontre des gens, on prend des cafés, il y a des gens vraiment très intéressants qui sont intéressés, a affirmé M. Boulerice. Il y en a d’autres qui se font courtiser en ce moment.»

«Je suis moi-même quelqu’un qui s’est présenté quand le NPD n’était pas du tout sur le radar au Québec et même ailleurs, (comme) certains (le) diraient, a rappelé M. Dubé. On a connu des moments difficiles et on a toujours réussi à attirer des candidats.»

Neuf députés néo-démocrates québécois ont déjà fait savoir qu’ils allaient solliciter un nouveau mandat. Il s’agit d’Alexandre Boulerice, Ruth Ellen Brosseau, Guy Caron, François Choquette, Matthew Dubé, Pierre-Luc Dusseault, Brigitte Sansoucy, Karine Trudel et Robert Aubin.

Le NPD compte présentement 15 députés du Québec à la Chambre des communes.

Dans la même catégorie
Commentaires
Laisser un commentaire