Le NPD veut un examen exhaustif du nouvel accord de libre-échange

OTTAWA — Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, veut adopter une «approche réfléchie» concernant la ratification par le Canada du nouvel accord de libre-échange nord-américain. M. Singh appelle à un examen exhaustif de l’accord avant de décider si le NPD appuiera sa ratification — une approche qui pourrait nuire au processus rapide souhaité par les libéraux.

M. Singh était à Ottawa mercredi pour entamer une séance de planification de deux jours avec son caucus avant que la Chambre des communes ne reprenne ses travaux la semaine prochaine.

Il a déclaré aux journalistes que son parti ne donnerait pas carte blanche au gouvernement Trudeau sur le nouvel Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM).

M. Singh affirme que le gouvernement a assuré aux Canadiens qu’il avait obtenu la meilleure entente possible dans les négociations avec les États-Unis et le Mexique, mais que par la suite, les démocrates au Congrès ont fait en sorte de réviser les droits du travail et les dispositions sur l’acier et l’aluminium.

Un débat approfondi à la Chambre des communes et une étude en comité permettront aux Canadiens d’évaluer s’ils obtiennent la meilleure entente possible, a déclaré M. Singh.

«Il y a encore des préoccupations concernant les changements qui ont été apportés pour aider à protéger les travailleurs et l’environnement», a-t-il fait valoir.

«Je suis préoccupé par le caractère exécutoire, et je veux m’assurer que nous tenons un débat exhaustif, une étude en comité, pour nous assurer que c’est une bonne affaire pour les Canadiens», a ajouté M. Singh.

Une priorité pour les libéraux

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré mardi qu’il souhaitait que le Canada agisse rapidement pour ratifier la nouvelle entente de libre-échange nord-américain, conclue à l’issue de négociations laborieuses.

Son gouvernement entend présenter une motion dès la reprise des travaux du Parlement le 27 janvier pour mettre en oeuvre certains de ses éléments, et compte déposer un projet de loi pour ratifier l’accord deux jours plus tard.

L’approbation de l’accord par le Parlement sera une priorité, a affirmé M. Trudeau.

Les députés néo-démocrates ne sont pas seuls à dire qu’ils ne sont pas pressés de ratifier l’ACEUM.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a déclaré que ses députés feront également pression pour tenir un débat exhaustif et des audiences en comité sur la nouvelle entente.

La balle est vraisemblablement dans le camp des conservateurs, car les libéraux ont besoin du soutien d’au moins un parti de l’opposition pour faire adopter un projet de loi au sein du Parlement minoritaire actuel.

M. Singh affirme que l’accord a été négocié «à huis clos, à prendre ou à laisser» et que les Canadiens ont le droit de bien comprendre toutes ses implications avant qu’il ne soit approuvé.

Le chef du NPD a passé la journée avec la plupart de ses 24 députés pour discuter des stratégies de la première séance prolongée du Parlement depuis les élections de 2019.

Il a indiqué que le parti mettra l’accent sur des enjeux qui amélioreront la vie des Canadiens ordinaires, notamment le logement, les soins de santé et le transport en commun. Les députés néo-démocrates feront également pression pour réclamer un programme national d’assurance-médicaments et des soins dentaires financés par l’État, et pour que les communautés autochtones obtiennent justice.

Les plus populaires