Le Parti conservateur a présenté de nouveaux membres à son exécutif

MONTRÉAL — Le Parti conservateur du Québec (PCQ) a accueilli de nouveaux membres à son exécutif, dans un effort de «professionnaliser» la formation en vue du congrès qui se tiendra à l’automne.

À la suite d’une réunion tenue dimanche à Drummondville entre le chef du parti et le Bureau exécutif national, Éric Duhaime a présenté ses recrues. Louise Soucy, qui a été gestionnaire au sein de différentes organisations, portera le titre de directrice exécutive.

«J’ai très hâte de professionnaliser cette organisation et d’encadrer les différentes instances. Mon objectif est évident, c’est d’assurer que les étapes soient franchies pour gagner l’élection générale de 2026», a-t-elle déclaré par voie de communiqué. 

Olivier Dumais, ancien candidat conservateur dans la circonscription de Beauce-Nord et maire de Saint-Lambert-De-Lauzon, assumera une nouvelle fonction en tant que président de la commission de l’organisation du parti.

Le Dr Karim Elayoubi, qui avait tenté sa chance dans Argenteuil, deviendra président de la commission politique, et l’ancien candidat conservateur dans la circonscription de Vanier-Les-Rivières, Donald Gagnon, occupera officiellement la présidence du parti.

«Il y a une nouvelle équipe, un nouveau dynamisme, et je suis très content de l’arrivée de nouveaux joueurs d’envergure. C’est l’une des premières étapes pour améliorer le fonctionnement et la démocratie internes», a déclaré M. Duhaime.

Cinq grands thèmes pour 2023

En plus des ajouts à son effectif, le Parti conservateur a également défini lors de la rencontre les cinq grands thèmes qui, selon son chef, «vont marquer la route vers le congrès». 

La réforme démocratique, les ressources naturelles et la politique énergétique québécoise, l’inflation et les finances publiques, la santé ainsi que l’autonomie du Québec dans la Confédération canadienne sont les cinq piliers qui orienteront les discussions du parti en vue du congrès. 

Des colloques seront également tenus au cours de l’année pour déterminer le positionnement de la formation conservatrice et de ses membres sur ces enjeux, indiquait un communiqué diffusé dimanche après-midi.

La santé, notamment la situation dans les urgences du Québec, est un enjeu «ultra important», a précisé Éric Duhaime, qui compte présenter de façon formelle les solutions du parti vers la fin de la semaine.

La question de la réforme politique est également au cœur des préoccupations des conservateurs, qui, selon son chef, ont été victimes «de la pire distorsion démocratique de l’histoire du Québec». 

«L’ancien président de l’Assemblée nationale, Jean-Pierre Charbonneau, est venu à notre dernier conseil général. On veut faire un événement sur la réforme démocratique, la réforme parlementaire et le mode de scrutin : ce sont des enjeux qui nous préoccupent», a ajouté M. Duhaime.

Se rapprocher des gens

En plus d’organiser différents événements centrés sur ses cinq piliers, Éric Duhaime compte aussi poursuivre sa tournée des régions entamée au lendemain des élections. Il affirme avoir visité un peu plus de 40 circonscriptions à ce jour.

«Souvent, les partis sont très centralisés et focalisés sur les travaux à l’Assemblée nationale. Étant donné qu’on n’est pas là, on a plus de temps pour descendre sur le terrain et se rapprocher du monde, un travail fondamental en politique», a-t-il expliqué.

Le chef conservateur sera en Gaspésie pour trois jours à partir de lundi, où il rencontrera maires, préfets, organismes et militants du parti de diverses circonscriptions.

Il a également assuré vouloir garder un contact périodique avec le premier ministre François Legault, rencontré il y a quelques jours pour aborder la question énergétique.

«La raison d’être de l’invitation du premier ministre à ses bureaux cette semaine, c’est l’énergie. Toute la question énergétique, la question de nos ressources naturelles et le manque potentiel d’électricité au Québec. (…) Lors de la rencontre, il m’a dit qu’il y en aurait d’autres. Il parlait peut-être aux trois mois, mais il n’a pas donné de dates», a précisé M. Duhaime.

Lors de sa prochaine réunion avec le premier ministre, le dirigeant dit vouloir discuter d’inflation, qui est en voie de devenir selon lui «l’enjeu numéro un».

«Les gens avaient peut-être un coussin pendant la pandémie, mais là, le coussin est fondu. (…) On préfère que l’État se serre la ceinture plutôt que les Québécois, et on veut que le gouvernement réduise ses dépenses pour donner le maximum d’argent dans le portefeuille des contribuables», a soutenu le chef conservateur, ajoutant que son parti risquait d’être le seul à proposer une solution différente et durable.

Cet article a été produit avec le soutien financier des Bourses Meta et La Presse canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.