N.-B.: les conservateurs envisagent un accord de quatre ans avec un tiers parti

Le chef des progressistes-conservateurs du Nouveau-Brunswick avance qu’une entente de quatre ans avec un tiers parti aiderait à rétablir une certaine stabilité à la suite des élections de la semaine dernière, dont aucune formation n’est sortie clairement vainqueure.

Les conservateurs dirigés par Blaine Higgs ont remporté 22 sièges à la législature, soit un de plus que les libéraux. Aucun des deux partis ne dispose d’une majorité de sièges. Cependant, le premier ministre libéral, Brian Gallant, a déclaré qu’il avait l’intention de continuer à gouverner. Il tente, comme son adversaire conservateur, d’obtenir l’appui de l’un des deux tiers partis qui détiennent la clé du pouvoir.

M. Higgs a rencontré son homologue du Parti vert, David Coon, lundi, et il a alors mis l’accent sur les objectifs communs des deux formations politiques, tels qu’une plus grande transparence du gouvernement.

Il a également affirmé que les verts étaient intéressés par un accord qui s’étirerait sur quatre ans, à l’instar de celui entre le NPD et le Parti vert en Colombie-Britannique. L’accord britanno-colombien stipule être en vigueur «jusqu’à la prochaine élection à date fixe».

M. Coon a publié une brève déclaration lundi, affirmant que les «discussions en cours» avec MM. Higgs et Gallant se poursuivront cette semaine.

«Tous deux ont convenu avec moi que nous devions trouver un moyen de créer un gouvernement stable pour la population du Nouveau-Brunswick dans cette situation de gouvernement minoritaire, a-t-il déclaré. Mon caucus et moi-même continuerons à travailler pour atteindre cet objectif.»

La formation politique de droite l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick et le Parti vert ont remporté trois sièges chacun, le 24 septembre.

L’Alliance des gens a précédemment déclaré qu’elle appuierait un gouvernement conservateur minoritaire durant une période pouvant aller jusqu’à 18 mois, même si aucun accord officiel n’a été conclu.

Les verts n’ont pour leur part pris aucun engagement, officiel ou autre, pour le moment.

M. Higgs a déclaré aux journalistes qu’il aimait l’idée d’un accord à plus long terme lancée par les verts, et il a soutenu que c’était quelque chose que le chef de l’Alliance des gens Kris Austin pourrait également envisager.

En entrevue téléphonique avec La Presse canadienne, Kris Austin a déclaré que, bien qu’il souhaite lui aussi un gouvernement stable, l’Alliance tient néanmoins à son «autonomie en tant que parti».

Il a ajouté qu’il hésiterait à adhérer à un entente sur quatre ans sans l’approfondir auparavant.

Vendredi, M. Galant a réitéré qu’il tenterait de former un gouvernement minoritaire avec l’appui du Parti vert et qu’il rappellerait la législature d’ici le 23 octobre pour un discours du trône.

Les libéraux refusent de s’unir à l’Alliance des gens en raison de «valeurs fondamentales» qu’ils ne partagent pas avec le plus petit parti, plus particulièrement sa volonté d’abolir la dualité linguistique dans les services gouvernementaux.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie