Le patron des Jeux de Tokyo laisse planer un doute même pour 2021

TOKYO — Au moment où le coronavirus se propage au Japon, le directeur général de Tokyo 2020 a affirmé qu’il ne pouvait garantir que les Jeux olympiques reportés se dérouleraient bel et bien l’année prochaine.

Le premier ministre japonais Shinzo Abe a déclaré l’état d’urgence cette semaine pour combattre le virus, soumettant le pays à des restrictions alors qu’il semblait avoir été épargné par la propagation.

«Je ne pense pas que quiconque soit en mesure de dire s’il sera possible ou non de le maîtriser d’ici juillet prochain, a déclaré le PDG du comité d’organisation de Tokyo, Toshiro Muto, s’exprimant par l’intermédiaire d’un interprète lors d’une conférence de presse à distance. Nous ne sommes certainement pas en mesure de vous donner une réponse claire.»

Les Jeux olympiques ont été reportés le mois dernier et la cérémonie d’ouverture est désormais prévue le 23 juillet 2021, suivie des Jeux paralympiques le 24 août.

Abe a été critiqué pour sa lenteur à agir contre le coronavirus. L’opposition a suggéré qu’il a minimisé la gravité du virus et prétendu que son attitude était peut-être liée au fait de vouloir organiser les Jeux olympiques cette année.

«Nous avons pris la décision de reporter les jeux d’un an, a ajouté Muto. Cela signifie donc que tout ce que nous pouvons faire est de travailler fort pour nous préparer aux jeux. Nous espérons sincèrement que l’année prochaine, l’humanité aura réussi à surmonter la crise du coronavirus.»

Muto a été questionné à savoir s’il existe des plans alternatifs à 2021.

«Plutôt que de penser à des plans alternatifs, nous devrions y mettre tous nos efforts, a-t-il dit. L’humanité devrait réunir toutes ses technologies et son savoir pour travailler intensément afin de pouvoir développer des traitements, des médicaments et des vaccins.»

Le Japon a signalé environ 5000 cas et 100 décès. Le pays a la population la plus âgée du monde et la COVID-19 peut être particulièrement grave pour les personnes âgées.

Sort de la flamme olympique

Muto a aussi été questionné à plusieurs reprises sur les coûts supplémentaires du report, estimés par les médias japonais entre 2 et 6 milliards $ US. Il a répété qu’il était trop tôt pour connaître le montant et qui en paierait la facture.

Il a également reconnu que les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo avaient souscrit une assurance.

«Tokyo 2020 a souscrit plusieurs polices d’assurance. Mais quant à savoir si le report des Jeux est considéré comme un événement couvert, ce n’est pas encore clair.»

Il a également été interrogé sur la flamme olympique, qui a été retirée de l’exposition publique cette semaine dans la préfecture de Fukushima. Muto s’est entretenu hors micro avec le porte-parole de Tokyo, Masa Takaya, avant d’y répondre.

«Après l’annulation du relais de la flamme olympique, elle a été placée sous la direction de Tokyo 2020, a mentionné Muto. De toute évidence, à l’avenir, il est possible qu’elle soit exposée quelque part. Cependant, pour l’instant, elle est sous la la gestion de Tokyo 2020 et je ne ferai aucun autre commentaire sur cette question.»

Le Comité international olympique envisagerait d’utiliser la flamme pour une tournée mondiale, s’en servant comme symbole de la lutte contre le virus. Toute tournée mondiale serait toutefois impossible tant que les restrictions de voyage ne sont pas levées.

Un telle tournée pourrait également contrarier le pays hôte.

Les plus populaires