Le PDG de BioNTech convaincu que le vaccin fonctionnera contre la nouvelle souche

BERLIN — La société pharmaceutique allemande BioNTech est confiante que son vaccin contre la COVID-19 fonctionne contre la nouvelle souche britannique du virus, mais des études supplémentaires sont nécessaires pour en être totalement certain, a déclaré mardi son président-directeur général.

La souche, détectée principalement à Londres et dans le sud-est de l’Angleterre ces dernières semaines, a suscité des inquiétudes dans le monde entier en raison des indications qu’elle pourrait se propager plus facilement. Bien que rien n’indique qu’elle provoque une maladie plus grave, de nombreux pays d’Europe et du reste du monde ont par conséquent restreint les voyages depuis le Royaume-Uni.

«Nous ne savons pas pour le moment si notre vaccin est également en mesure de fournir une protection contre cette nouvelle variante, a déclaré le PDG Ugur Sahin lors d’une conférence de presse le lendemain de l’approbation du vaccin dans l’Union européenne. Mais scientifiquement, il est fort probable que la réponse immunitaire de ce vaccin puisse également affronter les nouvelles variantes du virus.»

M. Sahin a indiqué que les protéines de la souche britannique sont à 99 % les mêmes que celles des souches dominantes, et que BioNTech a donc une «confiance scientifique» que son vaccin sera efficace.

«Mais nous ne le saurons que lorsque le test sera terminé et nous aurons besoin d’environ deux semaines pour obtenir les résultats, a-t-il déclaré. La probabilité que notre vaccin fonctionne est relativement élevée.»

Advenant que le vaccin doive être ajusté à la nouvelle souche, l’entreprise pourrait le faire dans un délai d’environ six semaines, a déclaré M. Sahin, bien que les régulateurs devraient approuver les changements avant que les vaccins puissent être administrés.

Devoir ajuster le vaccin serait un coup dur pour le déploiement des campagnes de vaccination dans le contexte d’une pandémie qui a tué jusqu’à présent plus de 1,7 million de personnes dans le monde.

Le vaccin de BioNTech, qui a été développé en collaboration avec la société pharmaceutique américaine Pfizer, a reçu l’aval des autorités dans plus de 45 pays, dont la Grande-Bretagne, les États-Unis et l’Union européenne. Des centaines de milliers de personnes ont déjà été vaccinées.

Les sociétés ont soumis des données aux régulateurs démontrant que le vaccin, qui porte le nom de marque COMIRNATY en Europe, est efficace à 95 % pour prévenir la COVID-19.

«Tous les pays de l’Union européenne qui ont demandé des doses les recevront dans les cinq prochains jours, la toute première livraison, et cela sera suivi la semaine prochaine par d’autres livraisons», a déclaré Sean Marett, le chef des affaires commerciales de BioNTech.

Plusieurs pays de l’Union européenne ont annoncé leur intention de commencer la campagne de vaccination dimanche. Le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, a affirmé qu’il s’attend à ce que le pays reçoive plus de 1,3 million de doses d’ici la fin de cette année.

L’Allemagne fait partie des pays européens qui ont interdit les vols en provenance du Royaume-Uni en raison de la nouvelle souche.

«Nous voulons éviter aussi longtemps que possible qu’une variante de virus potentiellement dangereuse se propage en Europe continentale», a déclaré M. Spahn.

Mais Lothar Wieler, le chef du centre national de lutte contre les maladies en Allemagne, a estimé qu’il était très probable que la souche britannique circule déjà dans le pays.

M. Wieler, qui dirige l’Institut Robert Koch, a déclaré qu’il était courant que le matériel génétique des virus mute, ce qui peut affecter leur transmissibilité.

«Que ce soit vraiment le cas avec la souche en Angleterre n’est pas encore tout à fait clair, a déclaré M. Wieler. Ce qui est clair, c’est que plus les virus se propagent largement, plus ils ont de risques de muter.»

Un virologue allemand de premier plan qui était initialement sceptique quant aux informations selon lesquelles la souche était beaucoup plus contagieuse a exprimé ses inquiétudes après avoir consulté davantage de données. Christian Drosten, professeur de virologie à l’Hôpital de la Charité de Berlin, a écrit sur Twitter que «malheureusement, ça regarde mal».

«Ce qui est positif, c’est que les cas de mutation jusqu’à présent n’ont augmenté que dans les zones où l’incidence globale était élevée ou en augmentation, a cependant ajouté M. Drosten. Ainsi, la réduction des contacts agit également contre la propagation de la mutation.»

– Par Frank Jordans, The Associated Press

Laisser un commentaire