Le pompier forestier mort en Outaouais était un «combattant qualifié auxiliaire»

NOTRE-DAME-DE-LA-SALETTE, Qc — Le pompier forestier mort dimanche après-midi dans le secteur de Notre-Dame-de-la-Salette, en Outaouais, est un Algonquin de Kitigan Zibi qui participait à titre de «combattant qualifié auxiliaire» à la lutte de la SOPFEU.

La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) a précisé lundi qu’Isaiah Nottaway, un «combattant qualifié de 32 ans», à l’emploi de la communauté algonquine de Kitigan Zibi, avait été victime d’un malaise «dont les causes sont inconnues pour le moment».

Des tentatives de réanimation lui ont été prodiguées jusqu’à l’arrivée des ambulanciers, qui l’ont transporté à l’Hôpital de Papineau, où le décès a été constaté, indique l’organisme.

La SOPFEU affirme qu’un programme de soutien psychologique sera offert à la famille et aux collègues de travail de M. Nottaway. L’organisme assure par ailleurs qu’il collaborera pleinement aux différentes enquêtes, notamment celle de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail.

La communauté algonquine de Kitigan Zibi, voisine de Maniwaki, à une centaine de kilomètres au nord de Notre-Dame-de-la-Salette, est un «partenaire important de la SOPFEU depuis plus de 20 ans», indique l’organisme.

Afin de faire face aux situations intenses, la SOPFEU conclut des ententes de service avec des organisations qui fournissent de la main-d’œuvre auxiliaire pour soutenir le travail des pompiers forestiers, explique l’organisme. Ces «combattants qualifiés», formés par la SOPFEU, participent à la lutte contre les incendies de forêt sur une base ponctuelle, sous la supervision de pompiers forestiers, indique la SOPFEU.

«Le travail de ces combattants qualifiés est indispensable pour assurer la capacité d’intervention de la SOPFEU sur l’ensemble du territoire québécois», précise-t-on.