Le PQ demande de déconfiner l’Est du Québec et l’Abitibi à compter du 8 février.

QUÉBEC — Le Parti québécois (PQ) demande de déconfiner l’Est du Québec et l’Abitibi à compter du 8 février. 

S’il n’y a pas d’assouplissements des règles actuelles dans ces régions, la population va finir par être démobilisée, a plaidé le chef parlementaire péquiste Pascal Bérubé lundi.

Les données épidémiologiques actuelles dans ces régions ne justifient pas les restrictions sanitaires actuelles telles que le couvre-feu, a-t-il déclaré en conférence de presse à l’Assemblée nationale, avant une réunion virtuelle des élus péquistes. 

«Si les citoyens sentent que c’est trop demander, compte tenu des chiffres qui leur sont accessibles, ça va créer un effet négatif.»

M. Bérubé réclame donc une ««approche différenciée»: permettre l’ouverture des commerces jugés non essentiels dans les régions du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie, des Îles-de-la-Madeleine et sur la Côte-Nord, ainsi qu’en Abitibi.

Il suggère d’imposer un barrage routier à La Pocatière, pour restreindre les déplacements vers l’Est et contrôler la bulle.

«C’est une position régionale qui est assez soutenue, a fait savoir le député péquiste de Matane-Matapédia. Je vous dirais qu’on est plusieurs à penser ça. Le contrôle routier, plus une zone de couleur qui est adaptée à la réalité, c’est exactement la position qu’on souhaite. Et puis on l’a fait le printemps dernier, ça marchait bien.»

Comme le gouvernement a imposé le couvre-feu de 20 h 00 à 5 h 00 jusqu’au 8 février, M. Bérubé propose d’assouplir les règles pour ces régions à compter du 8. 

Laisser un commentaire