Le PQ veut que le gouvernement porte le salaire minimum horaire de 14,25 $ à 18 $

QUÉBEC — Le Parti Québécois (PQ) demande au gouvernement du Québec de hausser graduellement le salaire horaire minimum des Québécois jusqu’à 18 $ afin de lutter contre l’appauvrissement des travailleurs.

Dans un communiqué publié lundi, le PQ dénonce d’un même souffle les inégalités de revenus croissantes au Québec et le manque de gestes concrets pour y remédier.

Le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, s’insurge que le 3 janvier dernier, les grands patrons canadiens avaient déjà gagné le salaire annuel du travailleur moyen. Il est, pour le député, injustifiable de tolérer de telles iniquités dans une société riche et développée comme celle du Québec.

Ce jour-là, un rapport du Centre canadien de politiques alternatives (CCPA) ajoutait que les 100 dirigeants d’entreprise les mieux rémunérés du Canada avaient battu des records en 2021, ayant gagné 243 fois ce qu’a empoché le travailleur canadien moyen. La grande majorité de la rémunération de ces dirigeants ne provenait pas de leur salaire, mais de la rémunération variable comme les primes, les options d’achat d’actions et les actions.

Pascal Bérubé affirme qu’en contexte d’inflation élevée qui, affirme-t-il, a appauvri grandement les familles québécoises en 2022, les actions du gouvernement du Québec ont été trop timides pour aider de manière durable les travailleurs québécois, particulièrement les moins fortunés. Il estime qu’un salaire minimum actuel à 14,25 $ l’heure, ce qui équivaut à environ 27 000 $ par année, ne suffit pas pour vivre dignement. 

Le député péquiste fait notamment mention des hausses des prix des aliments, de l’énergie et des logements. Il soutient que les chèques distribués par le gouvernement du Québec ne régleront pas le fond du problème.

Dans sa plus récente publication sur l’Indice des prix à la consommation (IPC), Statistique Canada a révélé que l’inflation d’une année à l’autre est demeurée pratiquement constante au mois de novembre au Canada, s’élevant à 6,8 %, mais que les prix des produits d’épicerie ont augmenté à un rythme plus rapide. Les prix des aliments achetés en magasin ont augmenté de 11,4 % d’une année à l’autre en novembre, après avoir progressé de 11 % en octobre.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.