Le premier ministre de la N.-É. bloque une hausse recommandée du salaire des députés

HALIFAX — Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Tim Houston, convoque l’Assemblée législative en plein été, la semaine prochaine, afin de bloquer une augmentation de salaire pour les députés, recommandée par un comité indépendant.

Keith Bain, président de la Chambre, a indiqué mardi qu’un comité consultatif indépendant avait recommandé une augmentation de salaire de 12,6 % pour les députés, ce qui ferait passer leur salaire de base annuel de 89 235 $ à 100 481 $.

Le cabinet du président de l’Assemblée législative a précisé que les recommandations du comité étaient exécutoires et qu’elles seraient rétroactives au 1er septembre 2021.

Le premier ministre Houston a indiqué qu’il respectait le travail du comité indépendant, mais il estime que ces augmentations de salaire pour les députés ne sont pas appropriées alors que les Néo-Écossais sont aux prises avec une inflation galopante.

«Lorsque l’inflation est à son plus haut niveau depuis 40 ans, que les prix de l’essence sont à des niveaux historiques et que de nombreux Néo-Écossais qui travaillent dur ont du mal à joindre les deux bouts, ce n’est pas le moment d’augmenter le salaire des députés», a expliqué le premier ministre dans un communiqué. 

M. Houston ajoute qu’il a demandé au président de la Chambre de convoquer les députés afin que son gouvernement puisse déposer des amendements à la Loi sur l’Assemblée législative pour empêcher l’adoption de ces augmentations de salaire.

Le président a approuvé la demande de M. Houston et il a annoncé que la première session de la 64e législature reprendrait mardi prochain à 14 h.

Le chef de l’opposition libérale, Zach Churchill, a approuvé la décision de M. Houston. Mais il accuse le premier ministre progressiste-conservateur de ne rien faire, par ailleurs, pour aider les consommateurs à lutter contre la hausse du coût de la vie.

La cheffe néo-démocrate, Claudia Chender, a indiqué de son côté que son parti se félicitait de la reprise des travaux à l’Assemblée législative, mais elle croit que cette session devrait plutôt être utilisée pour aborder les soins de santé et la «hausse vertigineuse» du coût de la vie. 

«Si le premier ministre veut bloquer les recommandations (du comité indépendant), il peut très bien le faire lors d’une session à l’automne», a déclaré Mme Chender.

—-

Cette dépêche a été rédigée avec l’aide financière des Bourses de Meta et de La Presse Canadienne pour les nouvelles. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.