Le premier ministre libéral de N.-É. sera remplacé samedi

HALIFAX — Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, a tenu vendredi l’une de ses dernières conférences de presse, alors que le Parti libéral s’apprête à choisir un nouveau chef, samedi.

Les délégués au congrès à la direction choisiront parmi une liste d’anciens ministres du cabinet McNeil: Iain Rankin, Randy Delorey et Labi Kousoulis. La date d’assermentation du prochain chef libéral et premier ministre n’a pas été annoncée.

«Je travaillerai dans une transition pour m’assurer que le nouveau chef a pleinement la capacité de passer à travers pour faire face à la COVID et à d’autres enjeux», a promis M. McNeil, vendredi.

Le premier ministre libéral avait annoncé sa retraite en aout dernier, après 17 ans en politique active. Il a présidé sa dernière réunion du cabinet jeudi.

«Je suis fier de mon bilan en tant que premier ministre de cette province, pas seulement au cours de la dernière année, mais au cours des sept dernières années, a-t-il dit. Je crois que cette province, mieux que tout autre endroit, est en mesure de résister à la COVID-19.»

La Nouvelle-Écosse a enregistré 1584 cas de COVID-19 et 65 décès depuis le début de la pandémie. 

Au cours de son mandat, M. McNeil s’est forgé une réputation de «conservateur sur le plan budgétaire». Il a formé deux gouvernements majoritaires consécutifs, en 2013 et 2017, surtout en tenant sa promesse de contrôler les dépenses de la province.

Son gouvernement libéral a adopté cinq budgets équilibrés consécutifs et M. McNeil a déclaré que son style de gestion financière permettait d’investir dans des secteurs tels que la santé et l’éducation. Mais la pandémie est venu contrecarrer les plans de tous les gouvernements.  

M. McNeil a indiqué qu’il prévoyait de siéger à l’Assemblée législative en tant que député d’Annapolis, mais qu’il ne se présenterait pas aux prochaines élections provinciales.

Laisser un commentaire