Le premier ministre McNeil défend sa visite en Chine au coeur des tensions

HALIFAX — Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse défend sa mission commerciale en Chine alors que deux Canadiens sont derrière les barreaux depuis près d’un an dans le pays.

Michael Kovrig et Michael Spavor ont été mis en détention pour espionnage peu de temps après l’arrestation de Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei, à Vancouver en décembre dernier à la suite d’une demande d’extradition émanant des États-Unis.

Le premier ministre Stephen McNeil a déclaré s’attendre à ce que la question des détenus canadiens soit abordée lors de sa rencontre avec Ma Xingrui, gouverneur de la province chinoise du Guangdong, sans toutefois en dire plus.

M. McNeil a affirmé que les gouvernements nationaux des deux pays s’employaient à résoudre les tensions et que son gouvernement ferait tout son possible pour soutenir ces efforts.

Dans l’intervalle, McNeil a déclaré qu’il était important de créer des relations commerciales profitant aux deux économies.

Il a ajouté que «l’isolement et le protectionnisme» n’avaient jamais fonctionné et que la meilleure façon de démontrer ce que les démocraties ont à offrir est de demeurer en lien avec des pays comme la Chine.

La mission commerciale de la Nouvelle-Écosse s’amorce vendredi et il s’agira du huitième voyage de M. McNeil en Chine depuis son accession au poste de premier ministre en 2013.

La mission fera également des escales en Corée du Sud et au Japon avant de se conclure le 23 novembre.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire