Le président de la Chambre des communes doit être informé des écarts des députés

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré qu’un règlement de la Chambre des communes qui stipule que le président doit être informé de l’arrestation d’un membre du Parlement n’est pas respecté, et que la situation doit être réglée au plus vite.

Cette sortie de M. Trudeau survient après que le député libéral Marwan Tabbara, qui a été réélu dans le comté de Kitchener South-Hespeler, a été arrêté le 10 avril et accusé d’agression, d’entrée par effraction et de harcèlement.

Les informations relatives aux accusations qui pèsent contre cet élu n’ont été révélées que le 5 juin. À ce moment-là, M. Tabbara a publié un communiqué dans lequel il a indiqué qu’il se «retirait» du caucus libéral.

M. Trudeau a mentionné que son cabinet n’avait appris l’existence de ces accusations que ce jour-là, et il a ajouté vendredi qu’il est toujours déçu que M. Tabbara n’en ait pas informé le Parti libéral du Canada ni la Chambre des communes plus tôt.

Il a rappelé que le règlement de la Chambre des communes qui stipule que le président doit être avisé de l’arrestation d’un député n’a pas été respecté, ni appliqué, et a suggéré au Parlement de se pencher sur cet enjeu.

«Nous allons respecter la confidentialité de ce processus. C’est la raison pour laquelle je ne peux pas en discuter en détail. Cependant, je peux souligner qu’à chaque étape, les procédures appropriées et rigoureuses ont été suivies», a dit M. Trudeau en point de presse vendredi.

M. Tabbara a obtenu un ajournement de routine lors d’une audience virtuelle qui s’est déroulée vendredi à Guelph, en Ontario, et sa prochaine audience doit avoir lieu le 28 août.

Les plus populaires