Le président mexicain Manuel López Obrador à la tête d’une grande marche

MÉXICO — Des centaines de milliers de personnes ont défilé dimanche dans la capitale mexicaine pour manifester leur soutien au président Manuel López Obrador, qui, avant d’assumer la présidence, avait mené certaines des plus grandes mobilisations du pays.

La «marche du peuple» a marqué les quatre ans au pouvoir du dirigeant de gauche et était une réponse à une grande marche de l’opposition il y a deux semaines pour protester contre la proposition de M. López Obrador de réformer l’autorité électorale du pays.

Le président lui-même a dirigé la marche de dimanche dans le centre de Mexico, où il y avait de la musique mariachi, des chants et une ambiance festive. De nombreux participants étaient venus en bus depuis les provinces du Mexique lors de voyages organisés par le parti au pouvoir Morena, des syndicats et des groupes sociaux.

«Suffrage effectif, démocratie effective et non à la réélection», a-t-il déclaré dans un discours après la marche dans lequel il a répété ses slogans de favoriser les pauvres et de combattre l’oligarchie.

L’opposition a insisté sur le fait que de nombreux participants ont été contraints de se joindre à la marche, mais M. López Obrador a déclaré qu’il n’avait pas investi «un centime» du budget fédéral dans la marche. Les manifestants interrogés ont déclaré être venus volontairement.

Mais dans de nombreux cas, le transport était assuré par des gouvernements locaux ou des politiciens qui voulaient être bien considérés au sein du parti au pouvoir.

Gaby Contreras, une ancienne mairesse de Morena, a fait venir un groupe de la municipalité de Teoloyucan, au nord de la capitale, et était la seule de son groupe autorisée à parler. «Nous sommes ici pour soutenir le président.»

Pedro Sánchez, un maçon venu avec sa femme de la région de Tehuantepec dans le sud du Mexique, a dit que sa municipalité avait tout organisé. Des centaines d’autobus qui avaient amené des participants bordaient les rues avoisinantes.

«Je suis venu de Sonora en avion et j’ai payé mon billet», a affirmé América Verdugo, avocate et partisane du président López Obrador.

Nelly Muñoz, administratrice de l’Université nationale autonome du Mexique, a déclaré que «cela s’appelle de l’organisation et croyez-le ou non, c’est ce que nous faisons depuis 2006».

Cette date fait référence à l’année où M. López Obrador est passé à 0,56 % des voix de la victoire à la présidence et a dénoncé sa défaite comme frauduleuse. Beaucoup l’ont soutenu, lançant un mouvement de protestation de masse. 

M. López Obrador a été élu à la présidence 12 ans plus tard et son parti Morena a remporté quatre des six courses au poste de gouverneur lors des élections de mi-mandat de l’année dernière, donnant au parti au pouvoir le contrôle de 22 des 32 États du Mexique, un avantage important à l’approche des élections présidentielles de 2024.

Mais le gouvernement a été critiqué pour son recours accru à l’armée, des lois dont la constitutionnalité a été mise en doute devant les tribunaux, et son soutien à des méga-projets controversés. Certaines personnes qui soutiennent le président sont désormais ses détracteurs.

Clara Jusidman, fondatrice d’INCIDE Social, une organisation non gouvernementale spécialisée dans la démocratie, le développement et les droits de l’homme, a fait valoir que ce qui est important n’est pas le nombre de participants à la marche, mais «pourquoi ils ont participé».

Selon elle, de nombreux Mexicains se sentent obligés de participer parce qu’ils reçoivent des transferts d’argent du gouvernement, qui est son principal moyen de soutenir les personnes dans le besoin. D’autres veulent être dans les bonnes grâces du parti avant les élections locales, nationales et présidentielles de 2024. Les principaux prétendants au remplacement de M. López Obrador en tant que candidat présidentiel de Morena en 2024 sont venus à la marche.

Néanmoins, les fans du président mexicain, qui maintient un taux d’approbation élevé, ne manquaient pas.

L’opposition mexicaine avait organisé une marche massive parce qu’elle craignait que M. Lopez Obrador n’utilise ses propositions de réforme pour compromettre l’indépendance de l’institut électoral et le rendre plus redevable à son parti.

M. Lopez Obrador a critiqué à plusieurs reprises cette manifestation et a déclaré quelques jours plus tard qu’il organiserait sa propre marche. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.