Le présumé meurtrier d’une Autochtone à Winnipeg est accusé de trois autres homicides

WINNIPEG — La police allègue qu’un homme de Winnipeg accusé d’avoir tué une femme autochtone en mai dernier a également tué trois autres femmes – deux également confirmées comme étant autochtones et une qui le serait aussi.

Jeremy Skibicki a été inculpé le 18 mai et maintenu en détention après la découverte de la dépouille partielle de Rebecca Contois, 24 ans, dans une poubelle près d’un immeuble résidentiel. Mme Contois vivait à Winnipeg, mais était membre de la Première Nation O-Chi-Chak-Ko-Sipi, également connue sous le nom de Crane River.

À l’époque, la police avait déclaré qu’elle n’excluait pas d’autres victimes. Jeudi, elle a fait savoir que M. Skibicki était désormais accusé de meurtre au premier degré dans trois autres décès survenus au cours de la même courte période du printemps.

La police a déclaré que Morgan Beatrice Harris, 39 ans, et Marcedes Myran, 26 ans, avaient été tués lors de la première semaine de mai. Les deux femmes vivaient à Winnipeg et étaient membres de la Première Nation de Long Plain.

La police a également déclaré qu’une quatrième femme, non identifiée, mais qui serait autochtone, aurait été tuée le ou vers le 15 mars 2022. Ils ont publié une photo d’une veste similaire à celle qu’elle portait.

«C’est toujours troublant chaque fois qu’il y a une quelconque série de meurtres», a soutenu le chef de la police de Winnipeg, Danny Smyth. 

«Cela implique des femmes autochtones. Nous sommes très sensibles à toute l’enquête sur les femmes autochtones disparues et assassinées et aux recommandations qui en ont découlé.»

La police a publié peu de détails sur leur enquête, mais a souligné qu’elle n’avait aucune piste vers d’autres victimes potentielles.

Le maire de Winnipeg, Scott Gillingham, a présenté ses condoléances.

«La colère et le chagrin – ce mélange – c’est ce que je ressens en ce moment, et je pense que beaucoup dans notre ville vont ressentir la même chose», a-t-il mentionné. 

«Nous avons plus à faire pour assurer la sécurité dans cette communauté.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.