Le prince Harry accuse la famille royale d’avoir été complice du malheur de sa femme

LONDRES — Le prince Harry a accusé la famille royale d’avoir été complice du malheur de sa femme Meghan, alléguant que sa belle-mère Camilla, la reine consort, avait divulgué des conversations privées aux médias afin de redorer sa propre réputation.

Dans des entrevues diffusées dimanche, Harry a accusé les membres de la famille royale d’avoir «fait un pacte avec le diable» pour obtenir une couverture médiatique favorable, soulignant les efforts de Camilla pour réhabiliter son image auprès du peuple britannique après sa liaison de longue date avec son père, l’actuel roi Charles III.

«Cela la rendait dangereuse à cause des liens qu’elle forgeait au sein de la presse britannique, a-t-il déclaré au réseau CBS. Il y avait une volonté ouverte des deux côtés d’échanger des informations.»

Harry s’est entretenu avec le réseau britannique ITV et l’émission «60 Minutes» de CBS pour promouvoir son livre, «Spare», qui a déjà généré des grands titres incendiaires en vue de sa parution mardi.

Sur ITV, il a répété l’affirmation selon laquelle il y avait eu une «inquiétude» dans la famille royale au sujet de la couleur de peau de son enfant à naître, après son mariage avec l’actrice américaine biraciale Meghan Markle. Harry et Meghan en avaient fait mention pour la première fois lors d’un entretien avec Oprah Winfrey en 2021, mais ils n’ont pas identifié le membre de la famille qui a exprimé son inquiétude.

Harry a insisté sur le fait que la famille n’était pas raciste, mais a déclaré que l’épisode était un exemple d’un préjugé inconscient, ajoutant que la famille royale devait «apprendre et grandir» afin de faire «partie de la solution plutôt que du problème».

«Sinon, les préjugés inconscients entrent alors dans la catégorie du racisme», a-t-il soutenu.

«Spare» aborde la peine qu’a ressentie Harry lors de la mort de sa mère en 1997 et son ressentiment face à son rôle de «réserve» éclipsé par le rôle d’héritier de son frère, le prince William. Il raconte des disputes et une confrontation physique avec William, révèle comment il a perdu sa virginité et confie avoir consommé de la cocaïne et du cannabis.

Il dit également avoir tué 25 combattants talibans lorsqu’il était pilote d’hélicoptère Apache en Afghanistan – une affirmation critiquée à la fois par des anciens combattants talibans et britanniques.

Depuis leur retrait de leurs fonctions royales et leur déménagement en Californie en 2020, Harry et Meghan ont exposé leurs critiques envers la famille royale lors d’une entrevue avec Oprah Winfrey et dans un documentaire diffusé sur Netflix le mois dernier.

En plus de ces entrevues, Harry participera également à «Good Morning America» et «The Late Show with Stephen Colbert» dans le cadre de la tournée de promotion de son livre.

La famille royale n’a commenté aucune des allégations, bien que certains alliés aient réfuté les affirmations, en grande partie de manière anonyme.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.