Le problème de bilinguisme des ambulanciers semble loin d’être réglé au N.-B.

PETIT-ROCHER, N.-B. — Le non-respect des obligations linguistiques du service d’ambulances du Nouveau-Brunswick continue de susciter le mécontentement des francophones et des Acadiens de la province.

Des médias néo-brunswickois ont récemment rapporté un cas où aucun ambulancier bilingue n’était disponible pour s’occuper d’une patiente unilingue francophone à Cap-Pelé à la fin du mois de juillet.

La Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB) demande au gouvernement provincial et à Ambulance Nouveau-Brunswick (ANB) de donner l’heure juste à la population sur les mesures prises pour assurer un service de qualité égale dans les deux langues officielles sur tout le territoire.

La SANB s’interroge sur les démarches entreprises pour assurer le respect des droits constitutionnels des francophones dans la province.

Le président de l’organisme, Alexandre Cédric Doucet, rappelle qu’en vertu d’une ordonnance rendue en 2018, ANB a l’obligation de publier des statistiques sur les mesures prises pour assurer un service bilingue sur l’ensemble du territoire, mais souligne que cela n’a pas été fait depuis 2017.

«Sans obtenir les chiffres mis à jour d’ANB, il est difficile de voir s’il y a eu des progrès sur ce plan», affirme M. Doucet dans un communiqué.

Le vice-président de la SANB, Serge Brideau, lui-même un ancien ambulancier, estime que le système actuel au sein d’ANB n’encourage pas le progrès en matière de bilinguisme.

Il explique qu’à cause du manque d’ambulanciers bilingues, les employés qui parlent les deux langues ont souvent une charge de travail supplémentaire qui n’est pas rémunérée.

«À me mettre dans les souliers d’un ambulancier unilingue anglophone, je ne voudrais pas apprendre la langue non plus: pourquoi prendre le temps d’apprendre la langue, pour ensuite se faire doubler son travail, sans que ce soit reflété dans la paye?», affirme-t-il dans le même communiqué publié sur le site de la SANB.

L’organisme demande au gouvernement de Blaine Higgs de respecter les engagements pris par la province et ANB en 2018.

Laisser un commentaire
Les plus populaires