Le procès de Griner se concentre sur l’usage médical du cannabis

KHIMKI, Russie — Le procès de la vedette américaine du basketball Brittney Griner devant un tribunal russe s’est concentré, mardi, sur des témoignages selon lesquels le cannabis, bien qu’illégal en Russie, est considéré dans d’autres pays comme ayant un usage médical légitime.

Griner a reconnu qu’elle transportait des cartouches de vapotage contenant de l’huile de cannabis lorsqu’elle a été arrêtée en février dans un aéroport de Moscou. Mais elle soutient qu’elle n’avait aucune intention criminelle et que les cartouches se sont retrouvées dans ses bagages par inadvertance en raison d’un emballage précipité.

«Nous ne disons pas que Brittney l’a pris ici comme médicament. Nous disons toujours qu’elle l’a amené ici involontairement parce qu’elle était pressée», a déclaré l’avocat de la défense Alexander Boykov après la séance au cours de laquelle un neuropsychologue russe a témoigné sur l’utilisation mondiale de cannabis médical.

«Le public russe doit savoir, et le tribunal russe en premier lieu doit savoir qu’il n’a pas été utilisé à des fins récréatives aux États-Unis. Il a été prescrit par un médecin», a-t-il poursuivi.

Griner, double médaillée d’or olympique qui joue pour le Mercury de Phoenix de la WNBA, risque jusqu’à 10 ans de prison si elle est reconnue coupable. Le témoignage de l’usage médical et l’admission de Griner selon laquelle elle avait les cartouches visent à lui infliger une peine légère.

«Nous avons beaucoup de facteurs atténuants. Nous espérons donc que le tribunal en tiendra compte. Et les tribunaux russes ont en fait un très large pouvoir discrétionnaire en ce qui concerne la peine», a expliqué Maria Blagovolina, une autre avocate de Griner.

Après environ 90 minutes d’audience mardi, l’affaire a été ajournée jusqu’à mercredi après-midi.

Le procès de Griner a commencé le 1er juillet, mais seulement cinq séances ont eu lieu, certaines d’entre elles n’ayant duré qu’environ une heure.

La lenteur du procès et les cinq mois de détention de Griner ont suscité de vives critiques parmi ses coéquipières et ses supporteurs aux États-Unis, qui l’ont officiellement déclarée «détenue à tort», une désignation vivement rejetée par les responsables russes.

Elizabeth Rood, chargée d’affaires de l’ambassade des États-Unis, a assisté à l’audience de mardi. Griner «confirme qu’elle va bien et aussi bien qu’on peut s’y attendre dans ces circonstances», a-t-elle révélé aux journalistes.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.