Le procès de Tamara Lich et Chris Barber est prévu pour l’automne prochain

OTTAWA — Deux des principaux organisateurs du soi-disant «convoi de la liberté», Tamara Lich et Chris Barber, devraient être jugés en septembre 2023 pour des accusations liées à la manifestation massive qui a paralysé le centre-ville d’Ottawa plus tôt cette année.

Les manifestants ont bloqué les routes avec de gros camions et d’autres véhicules pendant trois semaines alors que la capitale fédérale tombait dans ce que de nombreux responsables ont décrit comme un état «d’anarchie».

Tamara Lich et Chris Barber ont tous deux été arrêtés la veille du jour où des centaines de policiers en équipement tactique sont intervenus pour déloger les manifestants des routes autour de la colline du Parlement en février.

Les deux ont été conjointement accusés de méfait, d’entrave à la police, d’avoir conseillé à d’autres personnes de commettre des méfaits et d’intimidation.

Le procès devrait commencer début septembre de l’année prochaine et durer environ 16 jours.

Tamara Lich et Chris Barber ont été libérés sous caution avec des instructions strictes de ne pas communiquer entre eux ou avec d’autres organisateurs de convois, sauf sous la supervision de leurs avocats.

Tamara Lich a été arrêtée en vertu d’un mandat pancanadien en juin après avoir été accusée d’avoir enfreint ses conditions de mise en liberté sous caution en apparaissant à une cérémonie de remise de prix avec un autre organisateur du convoi, Tom Marazzo.

Elle a de nouveau été libérée en juillet, mais est toujours accusée de ne pas avoir respecté ses conditions.

Pat King, une autre figure clé du mouvement des convois, devrait également être jugé pour une série d’accusations liées à son implication dans la manifestation. La date n’a pas encore été fixée.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.