Le processus est lancé pour un nouveau juge à la Cour suprême du Canada

OTTAWA — Le processus est lancé pour qu’un nouveau juge siège au plus haut tribunal du Canada, à l’approche de la retraite obligatoire de la juge Rosalie Abella.

Mme Abella, la juge comptant le plus d’ancienneté à la Cour suprême, prendra sa retraite le 1er juillet, le jour de son 75e anniversaire.

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé la nomination de sept membres d’un comité consultatif indépendant qui sera chargé d’examiner les candidatures et de recommander une liste restreinte de candidats pour pourvoir le poste vacant de l’Ontario.

Les personnes candidates doivent être fonctionnellement bilingues et représentatives de la diversité du pays.

Le conseil est présidé par l’ancienne première ministre progressiste-conservatrice Kim Campbell et comprend l’ancienne juge de la Cour suprême Louise Charron.

Mme Abella a été nommée au plus haut tribunal en 2004 après avoir siégé comme juge de la Cour de la famille de l’Ontario et de la Cour d’appel de l’Ontario.

«La carrière judiciaire de la juge Abella est remarquable par sa longévité et par les réalisations dont elle est ponctuée a déclaré le juge en chef Richard Wagner par communiqué, vendredi. En effet, la juge Abella a apporté des contributions significatives tant à la société canadienne qu’à notre jurisprudence, contributions dont la valeur a été reconnue par de nombreuses institutions d’importance, tant à l’échelle nationale qu’internationale.»

«Elle est une personne profondément dévouée, qui a inlassablement servi le Canada avec passion et avec panache», a ajouté M. Wagner.

M. Trudeau a remercié Mme Abella «pour son leadership et pour avoir servi avec excellence et dévouement au sein de notre plus haut tribunal pendant les 17 dernières années».

De son côté, Mme Abella a déclaré qu’elle se préparait à quitter la plus haute cour «animée d’un profond sentiment de fierté à l’égard de l’intégrité, de l’indépendance et du professionnalisme qui caractérisent les juges ainsi que les avocats et les avocates de notre pays». 

«Je suis honorée de faire partie de ce groupe de personnes», a-t-elle ajouté.

Laisser un commentaire